Reptiles de         France métropolitaine



La France métropolitaine rassemble 43 espèces de reptiles dont 9 tortues (marines, terrestres et d'eau douce) et 34 squamates dont 21 lacertiliens et 13 serpents.  Pour en savoir davantage sur l'herpétofaune de France métropolitaine : Société herpétologique de France | La SHF.


Anapsida

Sous-classe de vertébrés tétrapodes caractérisés par l'absence de fosse temporale.

Testudines

Cet ordre qui rassemble les tortues terrestres, d'eau douce et marines compte 9 espèces en France métropolitaine dont 5 tortues marines, 3 tortues d'eau douce et 1 tortues terrestres.


Tortues marines :

Les Tortues marines sont presque exclusivement aquatique excepté au moment de la ponte. Les membres sont des nageoires : les antérieures servent à la propulsion et les postérieures sont utilisées comme gouvernail. Cinq espèces de tortue marines peuvent être observées au large des côtes françaises : la Tortue caouane (Caretta caretta), la Tortue verte (Chelonia mydas) et la Tortue luth (Dermochelys coriacea), régulièrement observées au cours de leur migration et beaucoup plus rarement, la Tortue de Kemp (Lepidochelys kempii) et la Tortue caret ou Tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata).

Dermochelyidae

Les Dermochelyidae sont une famille monospécifique, uniquement représentée par la Tortue luth. Cette dernière se caractérise par une absence de plaques kératinisées, remplacées par un cuir épais et porté par des os dermiques. Sa "carapace"  qui se nomme dossière est marquée par 7 carènes longitudinales.

 (1/1)

Chelonidae

(1/4)

Tortues d'eau douce :

On dénombre 4 espèces de tortues d'eau douce en Europe dont une espèce introduite. Elles vivent dans les eaux douces ou saumâtres. Les pieds sont palmés et dotés de longues griffes. Les tortues d'eau douce sont omnivores et se nourrissent en partie de proies. Deux familles sont présentes en Europe : les Emydidae et les Geomydidae.

Emydidae (Cistude d'Europe et Trachémyde à tempes rouges)

La famille des Emydidae rassemble 10 genres et environ 50 espèces dans le mondes. Toutes sont Nord-Américaines à l'exception de la Cistude d'Europe (Emys orbicularis) ; la Trachémyde à tempes rouge  (Scripta elegans) est une espèce exogène, introduite en Europe.

(2/2)

Geoemydidae (émydes)

La famille des Geomydidae rassemble 20 genres et environ 70 espèces dans le monde.  En France métropilitaine, les Geomydidae sont représentée par une unique espèce :  l'Emyde l'épreuse (Mauremys leprosa).

(1/1)

Tortues  terrestres :

Les tortues terrestres sont dotées d'une carapace bombée et de courtes pattes épaisses. Ces dernières sont couvertes d'écailles rugueuses , terminées par de longues griffes. Lors de la marche, la carapace est soulevée du sol. Les espèces sont principalement herbivores et frugivores mais les juvéniles peuvent aussi se nourrir d'invertébrés et de charognes.  Les tortues terrestres sont représentées par une unique famille en Europe : les Testudinidae.

Testudinidae

La famille des Testudinidae regroupe une cinquantaine d'espèces, réparties dans toutes les régions chaudes du globe, à l’exception de l'Australasie. En Europe, les Testudinidae  sont représentées par une unique espèces : la Tortue d'Hermann (Testudo hermanni).

(1/1)

Diapsides

Les Diapsides sont une sous-classe de vertébrés tétrapodes caractérisés par la présence de 2 paires de fosses temporales.

Squamata (Squamates)

L'ordre des Squamata comprend tous les lézards (au sens large),  serpents et amphisbènes.  Ce sont des vertébrés amniotes caractérisés par un tégument recouvert d'écailles imbriquées les unes sur les autres et protégées par une couche cornée épaisse, et par une thermorégulation assurée par trois mécanismes, l'ectothermie, la poïkilothermie et le bradymétabolisme.

Squamata - Lacertilia (Lacertiliens)

Le sous-ordre des Lacertilia rassemble environ 6 210 espèces de « lézards » au sens large. En France métropolitaine, ce taxon compte 6 familles et 21 espèces.


Geckos :

Les Geckos étaient autrefois regroupés dans une seule famille. Ils rassemblent plus de 1 500 espèces dans le monde. En France métropolitaine, ils sont représentés par 3 espèces réparties au sein de 3 familles : les Gekkonidae, les Sphaerodactylidae et les Phyllodactylidae. Ils se caractérisent par une tête large, de grands yeux, une peau granuleuse et un corps à l'aspect dodu. La plupart possèdent des disques adhésifs aux doigts et aux orteils leur permettant de grimper sur les surfaces verticales lisses, mais ces doigts peuvent être repliés pour leur permettre de courir au sol. Ces animaux ne possèdent pas de paupières (excepté chez les Eublepharidae). Ils sont essentiellement nocturnes et possèdent une pupille verticale. La coloration du corps peut varier très rapidement au cour de la journée. Enfin, les Geckos communiquent par des couinements.

Gekkonidae

En France métropolitaine, la famille des Gekkonidae est représentée par une unique espèce : l'Hémidactyle verruqueux (Hemidactylus turcicus).

(1/1)

Sphaerodactylidae

En France métropolitaine, la famille des Sphaerodactylidae est représentée par une unique espèce, l'Eulepte d'Europe ou Phyllodactyle d'Europe (Euleptes europaea).

(0/1)

Phyllodactylidae (Tarente)

Les Phyllodactylidae rassemblent environ 113 espèces qui se répartissent en Amérique du Nord et du sud, en Afrique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient. Les Phyllodactylidae ont été décrits sur la base d'une analyse phylogénétique moléculaire en 2008. La Tarente de Maurétanie (Tarentola mauritanica) est le seul représentant des Phyllodactylidae en France métropolitaine.

(1/1)

Lasertidae (Lézards)

Les Lasertidae rassemblent plus de 40 genres et plusieurs centaines d'espèces originaires d'Europe, d'Afrique et d'Asie. La plupart des  lézards d'Europe appartiennent à  cette famille. Quelques espèces du genre Darevskia, sont parthénogénétiques et d'autres sont ovovivipares. La France métropolitaine rassemble 15 espèces : le Psammodrome algire (Psammodromus algirus), le Psammodrome d'Edwards (Psammodromus edwarsianus), l'Algyroïde de Fitzinger (Algyroides fitzingeri), le Lézard ocellé (Timon lepidus), le Lézard à deux raies (Lacerta bilineata), le Lézard des souches (Lacerta agilis), le Lézard des murailles (Podarcis muralis), le Lézard vivipare (Zootoca vivipara), le Lézard catalan (Podarcis liolepis), le Lézard de Bonnal (Iberalacerta bonnali), le Lézard du Val d'Aran (Iberalacerta aranica), le Lézard d'Aurelio (Iberalacerta aurelioi), le Lézard de Bedriaga (Archaeolacerta bedriagae), le Lézard tyrrhénien (Podarcis tiliguerta) et le Lézard sicilien (Podarcis siculus). Les Lasertidae sont tous diurnes, possèdent un corps mince recouvert de petites écailles imbriquées présentant souvent de vives couleurs. Les pattes sont bien développées, pentadactyles et munies de griffes. La queue est longue et pointue. Ils mesurent en général jusqu'à 20 cm du museau au cloaque (LMC). Les mâles possèdent une tête plus large que les femelles et la base de la queue est généralement renflée.

(9 /15)

Scincidae

Les Scincidae sont l'une des plus vaste famille de "Lézards" avec plus de 1500 espèces dans le monde. Cette famille illustre bien la manière dont certains reptiles ont puent perdre leurs pattes au cours de l'évolution. Cetains Scincidae possèdent des pattes "classiques", d'autres des pattes réduites, d'autres encore n'en ont plus. Ces animaux se caractérisent par des écailles ventrales identiques aux dorsales. Elles sont semi-circulaires, plus plates et brillantes que chez les Lacertidae. Les Scincidés de France métropolitaine sont représentés par une unique espèce : le Seps strié (Chalcides striatus). 

(0/1)

Anguidae (Orvets)

Les Anguidae ressemblent 120 espèces de l'hémisphère nord majoritairement représentées en Amérique. En France métropolitaine, cette famille est représentée par 2 espèces :  l'Orvet fragile (Anguis fragilis) et l'Orvet de Vérone (Anguis veronensis).  Ces animaux se caractérisent par une perte des pattes et des écailles non chevauchantes donnant au corps un aspect rigide.

(1/2)

Squamata - Serpentes (Serpents)

Le sous-ordre des Serpentes rassemble des reptiles carnivore présentant un corps cylindrique et allongé, dépourvus de membres apparents. Ils se caractérisent notamment par la présence  d'une langue bifide, des yeux sans paupière, un crâne articulé et des mâchoires mobiles qui facilitent l'ingestion de proies. La disparition des pattes est un caractère partagé avec d'autres groupes de vertébrés tétrapodes.


Colubridae (couleuvres)

Les Colubridae forment la plus vaste famille de serpents avec environ 700 espèces présentes sur tous les continents à l'exception de l'Antarctique. La France métropolitaine rassemble  5 espèces : la Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus), la couleuvre d'Esculape (Zamenis longissimus), la Couleuvre à échelons (Zamenis scalaris), la Coronelle lisse (Coronella austriaca) et la Coronelle girondine (Coronella girondica). Ces serpents possèdent de grandes écailles sur le dessus de la tête ainsi que de grandes écailles loréales. La plupart des espèces sont aglyphes (non venimeuses) ou opisthoglyphes, généralement diurnes et dotés de pupilles rondes. Enfin, tous les Colubridae de France métropolitaine sont ovipares à l'exception de Coronella austiaca (ovovivipare).

(2/5)

Natricidae (Couleuvres aquatiques)

La famille des Natricidae rassemble 32 genres et près de 212 espèces dans le monde. En France métropolitaine, on dénombre 3 espèces et une sous-espèce du genre : la Couleuvre helvétique (Natrix helvetica) et la sous-espèce corse :  la Couleuvre à collier corse (Natrix helvetica corsa) ; la Couleuvre astreptophore (Natrix astreptophora) et la Couleuvre vipérine (Natrix maura). Les Natricidae sont des Couleuvres aquatiques, moyennes à grandes, dotées d'écailles carénées, de grandes écailles sur la tête, de pupilles rondes et de dessins contrastés sur le ventre.

(2/3)

Lamprophiidae

Les Lamprophiidae rassemblent environ 322 espèces particulièrement représentées en Afrique, mais aussi dans certaines parties de l'Europe méridionale et de l'Asie occidentale. Quelques espèces atteignent le sud-est de l'Asie. Une unique espèce est présente en France métropolitaine : la Couleuvre de Montpellier (Malpolon monspessulanus).

(1/1)

Viperidae

Les Viperidae rassemblent une centaine d'espèces qui se répartissent en 3 sous-familles : les Viperinae, les Azemiopinea et les Crotalinae.

Viperidae - Viperinae

Les Viperinae se rencontrent en Afrique, en Asie et en Europe. En France métropolitaine, cette sous-famille est représentée par 4 espèces  : la Vipère aspic (Vipera aspis), la Vipère de Seoane (Vipera Seoanei), la Vipère péliade (Vipera berus) et la Vipère d'Orsini (Vipera ursini). Ce sont des serpents épais, à queue courte (environ 10 % de la longueur totale), dotés d'écailles dorsales carénées, d'une tête triangulaire portant des écailles multiples ou divisées ,et de pupilles verticales. Toutes les vipères sont des serpents solénoglyphes venimeux. Le venin sert essentiellement à tuer ou immobiliser les proies mais il assure aussi une fonction digestive. Les morsures défensives se font généralement sans injection de venin. Celui-ci est essentiellement cytotoxique, s'attaquant au système cardio-vasculaire. Chez certaines espèces, il contient également des éléments neurotoxiques s'attaquant au système nerveux.    

(1/4)