Oiseaux de Guyane


A la date du 2 mars 2019, la Guyane accueille 733 espèces d'oiseaux, tous statuts confondus. Les chiffres présentés sur cette page sont issus du Comité Ornithologique International (C.O.I., 2018) (chiffres mondiaux) et du Comité d'Homologation de Guyane (C.H.O.G., 2019) (chiffres régionaux).


Scolopacidae (Tournepierre, Bécasseaux, bécassine, bécassins, chevaliers, Barges, Courlis et combattant)

Les Scolopacidae rassemblent 96 espèces qui se répartissent en 15 genres à travers le monde. La Guyane totalise 28 espèces. Ces oiseaux se rencontrent dans toutes les régions du monde, excepté l'Antarctique. La plupart nichent dans l'hémisphère Nord et sont de grands migrateurs. Ils fréquentent principalement les côtes et les zones humides de l'intérieur des terres ; ils nichent dans les steppes, les prairies, les marais, les toundras, les broussailles et même les forêts. Ces oiseaux sont des  limicoles de taille petite à moyenne (de 12 à 66 cm), aux pattes qui peuvent être courtes à longues selon les espèces. Le bec, souvent long, peut être droit, recourbé ou légèrement retroussé.

(12/28)

Laridae - Larinae (Mouettes et goélands)

La Mouette atricille (Leucophaeus atricilla) est le Larinae le plus commun dans le département. Les autres espèces sont rares et occasionnelles. Une colonie d'oiseaux nicheur est présente sur l'île de la Réserve Naturelle Nationale de l'Ile du Grand-Connétable.

(1/12)

Laridae - Sterninae (Sternes et Guifettes)

Parmi les 14 espèces potentiellement présentes dans le département, 2 d'entre elles : la Sternes de Cayenne (Thalasseus eurygnathus), et la Sterne royale (Thalasseus maximus) nichent sur l'île de la Réserve Naturelle Nationale de l'Ile du Grand-Connétable. Ces espèces représentent un enjeu de gestion et de conservation très important pour la Réserve puisque près de 30% de la population mondiale de Sternes de Cayenne se reproduit sur le site.

(8/14)

Laridae - anoinae (Noddi brun)

Les noddis, au nombre de 5 espèces sont largement distribués dans le monde. La population nicheuse de la Réserve Naturelle Nationale de l'Ile du Grand-Connétable avoisine les 330 couples ce qui représente une très faible fraction de la population des Caraïbes.

(1/1)

Laridae - Rynchopinae (Bec-en-ciseaux noir)

Les Rynchopidae rassemblent 3 espèces dans le monde, une en Asie, une en Afrique et une en Amérique : le Bec-en-ciseaux noir (Rynchops niger). Ce dernier ne se reproduit pas en Guyane mais il est présent sur le littoral toute l'année. Cette espèce possède un bec asymétrique : la mandibule inférieure est plus longue que la supérieure. Cette morphologie particulière permet au Bec-en-ciseaux un technique de pêche unique. L'oiseau coupe l'eau d'un long trajets rectilignes et au moindre contact, baisse la tête pour refermer son bec sur la proie (généralement un poisson de petite taille). 

 (1/1)

Stercorariidae (Labbes)

Cette famille est constituée du seul genre Stercorarius et de 7 espèces dans le monde dont 5 potentiellement présentes dans la région : le Labbe de McCormick (Stercorarius maccormicki), le Grand Labbe (Stercorarius skua), le Labbe pomarin (Stercorarius pomarinus), le Labbe parasite (Stercorarius parasiticus) et le Labbe à longue queue (Stercorarius longicaudus).

(1/5)

Columbiformes


Columbidae (Colombes, Pigeons)

Les Columbidae sont une vaste famille qui rassemble 64 genres et 252 espèces dans la monde.  La Guyane compte 13 espèces. Cosmopolites, la famille  se rencontrent dans presque tous les habitats terrestres, de la forêt dense au désert, des régions tempérées froides aux tropiques. Ce sont des oiseaux de taille petite à grande (de 17 à 75 cm), à petite tête, pattes et bec courts. Ils ont les muscles du vol bien développés. 

 

(6/13)

Opisthocomiformes


Opisthocomidae (HOazin huppé)

L'Hoazin huppé (Opisthocomus hoazin) est le seul représentant vivant de la famille des Opisthocomidae. Cet oiseau qui fait figure d'exception parmi les oiseaux possède des caractéristiques anatomiques étonnantes. Son régime alimentaire est essentiellement composé de feuilles. Afin de pouvoir digérer la cellulose qu'elles contiennent l’hoazin a développé un jabot particulier (celui-ci représente près d'un tiers de son poids) qui fonctionne à la manière du rumen des  mammifères ruminants, grâce à des bactéries spécifiques. Le jabot et l'œsophage de l'oiseau hébergent des bactéries qui dégradent la cellulose en acides gras volatils assimilables par l'intestin grêle. Les juvéniles de l'Hoazin possèdent 2 griffes alaires qui leur permettent de s’agripper aux branches quand il grimpe. Au bout de quelques semaines, les griffes, désuètes, s'atrophient et disparaissent. En Guyane l'Hoazin huppé vit le long des cours d'eaux et des marais riches en Moucou-moucou (Montrichardia arborescens). Le site le plus accessible pour observer cette espèce est la Réserve Naturelle Nationale des Marais de Kaw pour en savoir plus sur la ce site : Marais de Kaw - Réserve Naturelle en Guyane.

(1/1)

Cuculiformes


Cuculidae (Géocoucous, Coulicous, Piayes, Anis)

(6/11)

Strigiformes


Tytonidae (effraie des clochers)

La Chouette effraie (Tyto alba) est une espèce cosmopolite. En Guyane, on peu l'observer sur la bande côtière, dans les paysages agricoles dominés par l'élevage.

(1/1)

Strigidae (Hiboux et chouettes)

Les strigidés sont représentés par 12 espèces dans le département. La majorité sont forestiers et difficiles à observer à l'exception de la Chevêche des terriers  (Athene cunicularia). Cette espèce active de jour comme de nuit niche au sol dans des terriers creusés souvent proches des habitations humaines.  

(2/12)

Caprimulgiformes


Nyctibiidae (Ibijaux)

(1/5)

Caprimulgidae (Engoulevents)

(3/10)

Apodiformes


Trochilidae (Colibris)

(11/32)

Trogoniformes


Trogonidae (Trogons)

(2/5)

Coraciiformes


Alcedinidae (Motmot houtouc et Martin-Pêcheurs)

(4/6)

Piciformes


Galbulidae (Jacamars)

(5/6)

Bucconidae (Barbacous et Tamatias)

(4/8)

Ramphastidae (Cabézons, Araçaris, Toucanets et Toucans)

(4/7)

Picidae (Picumnes et Pics)

(8/17)

pages :

 

- 2-