Oiseaux de Guadeloupe


La Guadeloupe accueille 284 espèces d'oiseaux tous statuts confondus (les sous-espèces ne sont pas considérées ici). La classification et les chiffres présentés sur cette page sont issus du Comité Ornithologique International (C.O.I.) (version 10.1, 2020), pour les chiffres mondiaux, et de la Liste des Oiseaux de la Guadeloupe (11ème édition), pour les chiffres régionaux. Cette dernière, réalisée par Levesque A. & Delcroix F. est disponible en version pdf, sur le site ornithologique de la Guadeloupe : amazona-guadeloupe.


Anseriformes

Il s'agit d'un ordre d'oiseaux rassemblant 3 familles dans le monde : les Anhimidae (kamichis), représentés par 3 espèces en Amérique du sud, les Anseranatidae (canaroie), représentés par une espèce en Australasie et les Anatidae,  représentés par 177 espèces  (COI, 2020).


Anatidae

Il s'agit de  la plus importante famille de l'ordre des Anseriformes. Elle rassemble 5 sous-familles de palmipèdes dont 3 sont présentes dans la région : Dendrocygnae, Anserinae et Anatinae.

Dendrocygnae (Dendrocygnes)

La sous-famille des Dendrocygnae rassemble 8 espèces dans le monde dont 4 en Guadeloupe : le Dendrocygne veuf (Dendrocygna viduata), le Dendrocygne à ventre noir (Dendrocygna Autumnalis), le Dendrocygne des Antilles (Dendrocygna arborea) et le Dendrocygne fauve (Dendrocygna bicolor). En Guadeloupe, les dendrocygnes sont rares ou occasionnels. Tous sont des migrateurs à l'exception du Dendrocygne des Antilles qui est un nicheur sédentaire dans la région. Le nom de dendrocygne fait référence à l'habitude de certaines espèces du groupe de se percher dans les arbres. Ces oiseaux se caractérisent par un corps trapu et un cou et des pattes assez longs. La plupart des espèces sont grégaires.

 (2/4)

Anatinae (Canards, sarcelles, fuligules, Harle couronné et Erismatures)

Lorsqu'ils ne sont pas domestiques, les Anatinae de Guadeloupe sont peu fréquents. La Plupart des espèces sont migratrices et/ou hivernantes à l'exception du Canard des Bahamas (Anas bahamensis), de l'Erismature routoutou (Nomonyx dominicus) et de l'Erismature rousse (Oxyura jamaicensis), qui sont des nicheurs sédentaires. La plupart sont des espèces accidentelles, occasionnelles,  rares ou peu communes, à l'exception de la Sarcelle à ailes bleues (Spatula discors) qui est commune en période de migration et d'hivernage.

(4/16)

Procellariiformes

L'ordre des Procellariiformes regroupe 4 familles, 27 genres et 147 espèces dans le monde.


PROCELLARIiDAE

Cette famille d'oiseaux pélagiques rassemble 16 genres et 99 espèces dans le monde. La région considérée ici rassemble 9 espèces : le Pétrel de Trindade (Pterodroma arminjoniana), le Pétrel diablotin (Pterodroma hasitata), le Pétrel de Bulwer (Bulweria bulwerii), le Puffin cendré (Calonectris diomedea), le Puffin du Cap-Vert (Calonectris edwardsii), le Puffin majeur (Ardenna gravis), le Puffin fuligineux (Ardenna grisea), le Puffin des Anglais (Puffinus puffinus) et le Puffin d'Audubon (Puffinus lherminieri). Comme les Hydrobatidae, les Procellaridae possèdent des narines tubulaires, qui associées à des glandes jouent un rôle actif en contrôlant le taux de sodium-potassium du sang et permettent son élimination via une solution concentrée. En Guadeloupe, toutes ces espèces sont des migratrices, à l'exception du Puffin d'Audubon qui est un nicheur/migrateur. Le Pétrel de Trindade, le Pétrel de Bulwer et le Puffin du Cap-Vertsont sont trois espèces anecdotiques, observées pour la première fois en 2003 pour le Pétrel de Bulwer et 2014 pour les deux autres.

(3/9)

Podicipediformes

L'ordre des podicipediformes ne compte qu'une famille : les Podicipedidae.


Podicipedidae (Grèbe à bec bigarré)

Cette famille, constituée de 6 genres rassemble 22 espèces à travers le monde. La Guadeloupe accueille une unique espèces : le Grèbe à bec bigarré (Podilymbus podiceps). Les grèbes possèdent un corps long et fuselé avec des pattes très courtes et positionnées très en arrière du corps d'où le nom de cette famille : Podicipedidae ("pieds au derrière"). Oiseaux aquatiques, les grèbes ne sont pas adaptés à la marche sur terre, où ils vont très rarement ; ils y sont plus vulnérables que d'autres oiseaux. Par ailleurs, ils ne sont pas non plus des spécialistes du vol, car leurs ailes sont relativement petites et leur musculature pectorale est assez peu développée. Le Grèbe à bec bigarré est une espèce nicheuse commune en Guadeloupe.

 (1/1)

Pelecaniformes

L'ordre des Pelecaniformes rassemble 5 familles, 34 genres et 118 espèces dans le monde. 


Pelecanidae (Pélican brun)

La famille des Pelecanidae  regroupe 8 espèces du genre Pelecanus dans le monde. Ces oiseaux généralement piscivores se caractérisent par un grand bec muni d'une poche volumineuse et extensible. Cette dernière fonctionne à la manière d'une épuisette pour piéger des poissons. Le Pélican brun (Pelecanus occidentalis) est l'unique espèce présente en Guadeloupe et sa nidification sur l'archipel est rare. L'un des meilleurs site d'observation de cette du Pélican brun se situe au port de pêche de Saint-Anne.

(1/1)

Threskiornithidae (Ibis et Spatule)

Les Threskiornithidae rassemblent 13 genres et 35 espèces d'ibis et de spatules à travers le monde. La Guadeloupe compte un ibis : l'Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus), et une spatule : la Spatule rosée (Platalea ajaja). Tous deux sont des migrateurs rares ou occasionnels en Guadeloupe.

 (2/2)

Ardeidae (blongios, Aigrettes, bihoreaux, hérons)

Sur les 14 espèces d'Ardeidae de Guadeloupe, 5 sont communes à très communes comme la Grande Aigrette (Ardea alba), l'Aigrette neigeuse (Egretta thula), le Héron garde-bœuf (Bubulcus ibis), le Héron vert (Butorides virescens) et le Bihoreau violacé (Nyctanassa violacea). Ces oiseaux sont nicheur sédentaires, à l'exception de la Grande Aigrette qui est un nicheur rare sur l'archipel. Les 10 autres espèces sont peux communes, rares ou occasionnelles.

(8/15)

Suliformes

L'ordre des Suliformes rassemble 4 familles, 8 genres et 61 espèces dans le monde.


Fregatidae (Frégate superbe)

Cette famille rassemble 5 espèces du genre Fregata dans le monde. Une est présente en Guadeloupe : la Frégate superbe (Fregata magnificens). Cet oiseaux marin présente la particularité de ne jamais se posé sur l'eau sous peine de ne plus pouvoir redécoller. L'espèce est sédentaire mais non nicheuse en Guadeloupe.

(1/1)

Sulidae (Fous)

Les Sulidae rassemblent 3 genres et 10 espèces de fous dans le monde. En Guadeloupe, 4 espèces ont été observées à ce jour : le Fou masqué (Sula dactylatra), le Fou brun (Sula leucogaster), le Fou à pieds rouges (Sula sula) et le Fou de Bassan (Morus bassanus). Le Fou brun et le Fou à pieds rouges sont les plus communs en guadeloupe mais également des nicheurs rares. Les deux autres espèces,  le Fou masqué et le Fou de Bassan sont des migrateurs rares.

(1/4)

Accipitriformes

L'ordre des Accipitriformes regroupe  4 familles, 75 genres et 266 espèces dans le monde.


Pandionidae (Balbuzard pêcheur)

Seul représentant des Pandionidae, le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) est une espèce cosmopolite. Il est un migrateur peu commun en Guadeloupe.

(1/1)

Accipitridae (Busards, Milans, Buses)

Les Accipitridae rassemblent la majorité des rapaces diurnes. Cette famille totalise 67 genres et 255 espèces dont 5 notamment présentes en Guadeloupe : le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), le Busard des marais (Circus hudsonius), le Milan noir (Milvus migrans), la Petite Buse (Buteo platypterus) et la Buse à queue rousse (Buteo jamaicensis). Ces oiseaux, dit "de  proie", sont de taille très variable (de 20 à 150 cm). Ils possèdent tous un bec crochu, garni à la base d'une cire charnue. Leurs pattes sont puissantes et à l'exception des vautours elles sont munies de serres. Les Accipitridae de Guadeloupe sont tous des migrateurs : le Busard des roseaux et le Milan noir sont des espèces anecdotiques observées pour la première fois en 2002 et 2008 et les trois autres sont occasionnels.

(2/5)

Gruiformes

 L'ordre des Guiformes regroupe 6 familles, 52 genres et 189 espèces dans le monde.


Rallidae (Râles, Marouettes, Talève, Gallinule, Foulques)

Les Rallidae  rassemblent 35 genres et 150 espèces vivantes à travers le monde dont 7 sont notamment présentes en  Guadeloupe : le Râle tapageur (Rallus crepitans), le Râle des genêts (Crex crex), observée pour la première fois en 2003, la Marouette de Caroline (Porzana carolina), la Marouette ponctuée (Porzana porzana), observée pour la première fois en 2014, la Gallinule d'Amérique (Gallinula galeata), la Foulque d'Amérique (Fulica americana) et la Talève violacée (Porphyrio martinica). De nombreuses espèces de cette famille présentes dans les îles du Pacifique et de l'Océan Indien, évoluent avec peu de prédateurs naturels, ce qui les rend peu inaptes à se défendre ou à fuir. Ainsi, le C.O.I reconnaît 5 espèces éteintes depuis le XVI siècle dans cette famille. Le Rallidae le plus commun de Guadeloupe est sans conteste la Gallinule d'Amérique (Gallinula galeata), qui fréquente la majorité des plans d'eau de l'archipel. Les autres espèces sont peu communes, rares ou occasionnelles.

(1/7)

Charadriiformes

L'ordre des Charadriiforme rassemble 19 familles, 88 genres et 386 espèces dans le monde.


Recurvirostridae (Échasse d'Amérique et Échasse blanche)

La famille des Recurvirostridae regroupe 3 genres et 10 espèces dans le monde dont 2 sont notamment présentes en Guadeloupe : L'Échasse d'Amérique (Himantopus mexicanus) et l'Échasse blanche (Himantopus himantopus). L'Échasse blanche est une espèce anecdotique en Guadeloupe et sa première observation date du 04/08/2014. L'Échasse d'Amérique est quant à elle est une espèce migratrice peu commune qui niche rarement dans le département. 

(2/2)

Charadriidae (pluviers, Gravelots)

Cette famille est constituée de 12 genres et rassemble 67 espèces à travers le monde dont 10 sont présentes dans la région : le Pluvier argenté (Pluvialis squatarola), le Pluvier bronzé (Pluvialis dominica), le Pluvier fauve (Pluvialis fulva), le Pluvier ou Gravelot d'Azara (Charadrius collaris), le Pluvier neigeux (Charadrius nivosus), le Pluvier ou Gravelot de Wilson (Charadrius wilsonia), le Grand Gravelot (Charadrius hiaticula),le Pluvier ou Gravelot semipalmé (Charadrius semipalmatus), le Gravelot siffleur (Charadrius melodus) et le Pluvier ou Gravelot kildir (Charadrius vociferus). Les charadriidés sont des limicoles. Ce nom vient du latin limus, qui signifie «limon», «boue». En effet, la majorité des oiseaux désignés sous le terme de "limicoles" consomment des invertébrés vivant dans la vase. Les limicoles rassemblent une importante diversité d'espèces qui sont parfois très différentes entre elles. Tous sont adaptés aux biotopes humides et vaseux et bien que certains aient une prédilection pour l'intérieur des terres, tous ont une affinité pour le milieu aquatique au cours de leur cycle biologique annuel. En Guadeloupe, tous les Charadriidae sont des migrateurs et/ou des hivernant, à l'exception du Pluvier ou Gravelot de Wilson qui s'est déjà reproduit dans le département.

(5/10)

Scolopacidae (Chevaliers, Courlis, Barges, Tournepierre, Combattant, Bécasseaux, Bécassin, Bécassines, Phalarope)

Les Scolopacidae rassemblent 96 espèces qui se répartissent en 15 genres et 97 espèces à travers le monde. La Guadeloupe totalise 31 espèces à ce jour. Ces oiseaux se rencontrent dans toutes les régions du monde, excepté l'Antarctique. La plupart nichent dans l'hémisphère Nord et sont de grands migrateurs. Ils fréquentent principalement les côtes et les zones humides de l'intérieur des terres ; ils nichent dans les steppes, les prairies, les marais, les toundras, les broussailles et même les forêts. Ces oiseaux sont des  limicoles de taille petite à moyenne (de 12 à 66 cm), aux pattes qui peuvent être courtes à longues selon les espèces. Le bec, souvent long, peut être droit, recourbé ou légèrement retroussé.

(12/31)

Laridae

La famille des Laridae rassemble 22 genres et 102 espèces dans le monde. Au sein de cette famille, on distingue 5 sous-familles : les Larinae, qui regroupent les mouettes et les goélands, les Sterninae, qui regroupent les sternes et les guifettes, les Anoinae : les noddis, les Gigynae : les gygis  et les Rynchopinae : les bec-en-ciseaux. En Guadeloupe, les sous-familles : Larinae, Sternidae et Anoinae  sont représentées par au moins une espèce.

Laridae - Larinae (Mouettes et Goélands)

(1/9)

Larindae - Sterninae (Sternes et Guifettes)

(4/15)

Laridae - anoinae (Noddi brun)

Les noddis, au nombre de 5 espèces sont largement distribués dans le monde. En Guadeloupe, le Noddi brun (Anous stolidus) est un nicheur commun.

(1/1)

Stercorariidae (Labbes)

Cette famille est constituée du seul genre Stercorarius et de 7 espèces dans le monde dont 5 potentiellement visibles en Guadeloupe : le Grand Labbe (Stercorarius skua), le Labbe de McCormick (Stercorarius maccormicki), le Labbe pomarin (Stercorarius pomarinus), le Labbe parasite (Stercorarius parasiticus) et le Labbe à longue queue (Stercorarius longicaudus). Les plus communs en Guadeloupe sont les Labbes pomarin et parasite.

(2/5)

Columbiformes

L'ordre des Colombiformes est représenté par un unique famille, 49 genres et 344 espèces dans le monde.


Columbidae (Pigeons, Tourterelles, Colombes)

Les Columbidae sont une vaste famille qui rassemble 49 genres et 344 espèces dans la monde dont 10 notamment présentes en Guadeloupe : le Pigeon biset domestique (Columbia livia), le Pigeon à cou rouge (Patagioenas squamosa), le Pigeon à couronne blanche (Patagioenas leucocephala), la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto), la Colombe à queue noire (Columbina passerina), la Colombe rouviolette (Geotrygon montana), la Colombe à croissants (Geotrygon mystacea), la Tourterelle à ailes blanches (Zenaida asiatica), la Tourterelle à queue carrée (Zenaida aurita) et la Tourterelle oreillarde (Zenaida auriculata).  Cosmopolites, la famille  se rencontrent dans presque tous les habitats terrestres, de la forêt dense au désert, des régions tempérées froides aux tropiques. Ce sont des oiseaux de taille petite à grande (de 17 à 75 cm), à petite tête, pattes et bec courts. La musculature du vol est très développés. En Guadeloupe, tous les Colombidae sont des nicheurs sédentaires (ou ératiques : Pigeon à couronne blanche et Tourterelle à ailes blanches) à l'exception de la Tourterelle oreillarde qui est un migrateur stricte.

(4/10)

Cuculiformes

L'ordre des Cuculiformes regroupe une unique famille, 33 genres et 149 espèces dans le monde.


Cuculidae (Ani et Coulicous)

La famille des Cuculidae regroupe 149 espèces et 33 genres dans le monde. La Guyane accueille 4 espèces de Cuculidae dont un Ani : l'Ani à bec lisse (Crotaphaga ani) et 3 Coulicous : le Coulicou à bec jaune (Coccyzus americanus), le Coulicou manioc (Coccyzus minor) et le Coulicou à bec noir (Coccyzus erythropthalmus). Ce sont des oiseaux élancés, de taille petite à moyenne (de 16 à 70 cm), la plupart au bec plutôt étroit et à longue queue. Ils sont généralement sombres dessus et clairs dessous ; quelques espèces ont le plumage entièrement foncé. En Guadeloupe, l'Ani à bec lisse et le Coulicou manioc sont des nicheurs sédentaires tandis-que le Coulicou à bec jaune et le Coulicou à bec noir sont strictement migrateurs dans le département.

(1/4)

Strigiformes

L'odre des Strigiformes rassemble 2 familles, 28 genres et 248 espèces dans le monde.


Strigidae (Chevêche ou chouette des terriers)

Les strigidés sont représentés par une espèce dans en Guadeloupe : la Chevêche ou Chouette des terriers (Athene cunicularia). Cette espèce active de jour comme de nuit niche au sol dans des terriers creusés souvent proches des habitations humaines. Cette espèce largement distribuée dans les Amériques a aujourd'hui disparue de Guadeloupe.

(1/1)

Apodiformes

L'ordre des Apodiformes regroupe 4 familles, 127 genres et 486 espèces dans le monde.


Trochilidae (Colibris)

La famille des Trochilidae rassemble 106 genres et 360 espèces dans le monde, dont 3 sont présentes en Guadeloupe : le Colibri madère (Eulampis jugularis), le Colibri falle-vert (Eulampis holosericeus) et le Colibri huppé (Orthorhyncus cristatus). Ce sont des oiseaux petits à minuscules qui mesurent de 2 à 22 cm environ et jusqu'à 35 cm chez des espèces dont la queue porte de longues rectrices. Certaines espèces portent une palette à extrémité des rectrices. Les ailes sont longues et étroites et les battements de celles-ci sont très rapides, de 8 à 80 hertz. Le bec est fin est de longueur extrêmement variable selon les espèces, de 1,5 à 10 cm, rectiligne à nettement courbé. Les pattes sont Apodiformes (elles ne leur permettent pas de se poser au sol, mais uniquement sur une branche). La couleur du plumage varie du brun au vert ou du rouge au noir. Ils ont la gorge ou le dessus de la tête vivement colorés. Certaines plumes possèdent des plaques iridescentes réfléchissant des couleurs métalliques différentes selon l'angle d'où provient la lumière. Leurs plumes squameuses, aux barbules hypertrophiées, forment un ensemble compact sur le corps. Elles ne sont pas retenues entre elles comme chez les autres oiseaux. Cette structure spéciale des plumes iridescentes, à la forme aplatie, renferme des particules d'air. Les colibris sont principalement nectarivores (90 % du régime alimentaire), mais également insectivores. Certaines espèces peuvent se nourrir de la sève qui coule des arbres après que les pics y ont creusé à la recherche d'insectes ou de sève. Les colibris atteignent et absorbent le nectar des fleurs grâce à leur longue langue extensible, bifide à son extrémité et garnie de petites soies et de nervures. Certaines fleurs et les becs des oiseaux qui les visitent auraient connu un processus de coévolution.

(2/3)

Coraciiformes

L'ordre des Coraciiformes rassemble 6 familles, 35 genres et 178 espèces dans le monde.


Alcedinidae (Martin-Pêcheurs)

La famille des Alcedidae regroupe  19 genres et 114 espèces dans le monde dont 2 sont présentes en Guadeloupe : le Martin-pêcheur à ventre roux (Magaceryle torquata) et le Martin-pêcheur d'Amérique (Magaceryle alcyon).  Ce sont des oiseaux compacts de taille petite à moyenne (10 à 46 cm), au bec droit et long, en forme de poignard. Leurs pattes sont courtes, et ils portent un plumage aux couleurs vives. Ils sont principalement piscivores. La plupart pondent dans un terrier creusé par eux même et souvent situé près de l'eau ou légèrement en retrait. En Guadeloupe, le Martin-pêcheur à ventre roux est un nicheur sédentaire rare, tandis-que le Martin-pêcheur d'Amérique est un hivernant peu commun.

(1/2)

Falconiformes

L'ordre des Falconiformes est représenté par une famille unique, 11 genres et 66 espèces dans le monde.


Falconidae (Faucons)

La famille des Falconidae rassemble 11 genres et 66 espèces dans le monde dont 4 espèces notamment présentes en Guadeloupe : le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), le Crécerelle d'Amérique (Falco sparverius), le Faucon émerillon (Falco columbarius) et le Faucon pèlerin (Peregrine Falcon). On les  trouve dans toutes les régions du monde, sauf l'Antarctique. Ce sont des oiseaux prédateurs de taille moyenne, avec une envergure allant de 55  à plus de 125 cm. La famille se caractérise par la présence d'un décrochement  de la ramphothèque (dent du bec), une morphologie particulière du syrinx, une mue des rémiges qui commence avec la primaire n°4 et continue dans les deux sens, une composition chimique de la coquille des œufs propres à cette famille, des œufs de couleur rougeâtre (plutôt que bleu ou verdâtre), presque translucide à la lumière, une projection osseuse dans les narines et la présence de parasites du genre Mallophaga dans le plumage. En Guadeloupe, tous les Falconidae sont des migrateurs et/ou des hivernants, à l'exception du Crécerelle d'Amérique qui est un nicheur sédentaire, commun dans le département.

(3/4)

Psittaciformes

L'ordre des Pscittaciformes regroupe 4 familles, 94 genres et 398 espèces dans le monde.


Psittacidae

Les Psittacidae rassemble 37 genres et 181 espèces dans le monde. Les deux uniques représantant de cette famille en Guadeloupe, 2 espèces endémiques sont aujourd'hui éteintes : l'Amazone de Guadeloupe (Amazona violacea) et la Conure de Guadeloupe (Psittacara labati). Ce sont des oiseaux trapus à grosse tête avec un cou trapu, de taille petite à grande (de 8 à 100 cm). Le bec caractéristique est court, épais et puissant, recourbé et articulé. La maxille et la mâchoire sont fixées à la charnière du crâne, ce qui offre la possibilité d’un mouvement vertical important et puissant d’autant que la musculature des mandibules est hautement développée. Cependant, comme chez les flamants, le bec n’est pas fixé au crâne. Sauf exception, la face interne de l’extrémité de la mâchoire est tapissée de lamelles striées. Tous les Psittacidae (une exception), utilisent leur bec de la même façon pour extraire les graines de leur gangue. La graine est tenue entre les mandibules et c’est la mandibule inférieure qui écrase la gangue et la langue extrait la graine. Le bec pousse continuellement ce qui incite les oiseaux à l’entretenir. À la base du bec se trouve la cire, généralement nue, qui entoure les narines. La langue, très musculeuse, permet de placer les graines à briser de façon à avoir plus de puissance. Chaque œil est indépendant. Ils ont un cou très mobile ce qui leur permet un champ de vision très large. Les pattes zygodactyles, sont courtes. Beaucoup d’espèces portent un plumage très coloré (les Psittacidae ne synthétisent pas de pigments bleus ou verts. Ces couleurs sont visibles via l'effet de Tyndall). Les dimorphismes sexuels sont généralement peu marqués.

Passeriformes

L'ordre des Passeriformes regroupe 142 familles, 1333 genres et 6518 espèces dans le monde.


Tyrannidae (élénie, pioui, moucherolles, Tyrans)

La vaste famille des Tyrannidae rassemble 104 genres et 437 espèces dans les Amériques dont 7 sont notamment présentes en Guadeloupe : Elénie siffleuse (Elaenia martinica), le Pioui de l'Est (Contopus virens), la Moucherolle gobemouche (Contopus latirostris), la Moucherolle des saules (Empidonax traillii), la  Moucherolle des aulnes (Empidonax alnorum), le Tyran janeau (Myiarchus oberi), le Tyran gris (Tyrannus dominicensis) et le Tyran des savanes (Tyrannus savana). Ce sont des oiseaux de taille minuscule à moyenne (de 6,5 à 28 cm). Leur plumage est dans la plupart des cas une combinaison variée de noir, brun, blanc, jaune et vert ; il est terne chez certaines espèces, plus vif chez d'autres. La famille présente une grande diversité de formes (taille, bec, longueur des pattes, etc.). En Guadeloupe, l'Elénie siffleuse, la Moucherolle gobemouche, le Tyran janeau et Tyran gris sont des nicheurs sédentaires ; les autres espèces sont des migrateurs strictes dans le département.

(1/7)

Vireonidae (Viréo)

Les Vireonidae regroupent 6 genres et 64 espèces dans les Amériques. Cinq espèces sont notamment présentes en Guyane : le Viréo aux yeux blancs (Vireo griseus), le Viréo à gorge jaune (Vireo flavifrons), le Viréo à œil rouge (Vireo olivaceus), le Viréo jaune-verdâtre (Vireo flavoviridis) et le Viréo à moustaches (Vireo altiloquus) . En raison du  mimétisme avec leur environnement, seul les chants permettent souvent de détecter leur présence. Tous les Viréos de Guadeloupe sont des migrateurs strictes à l'exception du Viréo à moustaches qui est un nicheur sédantaire, commun dans le département.

(1/5)

Mimidae (Trembleur, moqueur)

La famille des Mimidae rassemble 10 genres et 34 espèces dans le monde dont 5 espèces notamment présentes en Guadeloupe : le Moqueur chat (Dumetella carolinensis), le Moqueur grivotte (Allenia fusca), le Moqueur corossol (Margarops fuscatus), le Trembleur brun (Cinclocerthia ruficauda) et le Moqueur des savanes (Mimus gilvus). En Guadeloupe, toutes ces espèces sont des nicheurs sédentaires communs à très communs à l'exception du Moqueur chat qui une espèce strictement migratrice et occasionnelle dans le département.

(2/5)

Muscipacidae (Traquet motteux)

La famille des Muscicapidae regroupe 51 genres et 330 espèces dans le monde dont une espèce en Guadeloupe : le Traquet motteux (Oenanthe oenanthe). Il s'agit d'une espèce migratrice anecdotique pour  la région. La première donnée pour cette espèce date du 21/10/2012.

(1/1)

Parulidae (Parulines)

La famille des Parulidae regroupe 18 genres et 119 espèces dans le monde dont 33 espèces notamment présentes en Guadeloupe. La grande majorité des parulines de Guadeloupe sont migratrices et/ou hivernantes. Seules la Paruline caféiette (Setophaga plumbea) et la Paruline jaune (Setophaga petechia) sont des nicheurs sédentaires. Ces deux espèces sont communes à très communes dans la région.

(1/33)

icteridae (Goglu, Quiscale, Vacher, Oriole)

La famille des Icteridae regroupe 30 genres et 109espèces des Amériques dont 5 espèces notamment présentes en Guadeloupe : le Goglu des prés (Dolichonyx oryzivorus), l'Oriole des vergers (Icterus spurius), l'Oriole de Baltimore (Icterus galbula), le  Vacher luisant (Molothrus bonariensis) et le Quiscale merle (Quiscalus lugubris). Toutes ces espèces sont occasionnelles, peu communes ou rares, à l'exception du Quiscale merle, très commun dans la région.

(1/5)

Thraupidae (SicaleS, Sucriers, sporophiles, Saltator)

Les Thraupidae rassemblent 95 genres et 109 espèces dans le monde dont 6 notamment présentes en Guadeloupe : le Sicale des savanes (Sicalis luteola), le Sporophile bouveron (Sporophila lineola), le Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola), le Sporophile rougegorge (Loxigilla noctis), le Sporophile cici (Melanospiza bicolor) et le Saltator gros-bec (Saltator albicollis). Toutes ces espèces sont des nicheurs sédentaires à l'exception du Sporophile bouveron qui est un migrateur occasionnel dans la région.

(2/6)