Oiseaux de Guyane


A la date du 2 mars 2019, la Guyane accueille 733 espèces d'oiseaux, tous statuts confondus. Les chiffres présentés sur cette page sont issus du Comité Ornithologique International (C.O.I., 2018) (chiffres mondiaux) et du Comité d'Homologation de Guyane (C.H.O.G., 2019) (chiffres régionaux).


Anseriformes

Il s'agit d'un ordre d'oiseaux rassemblant 3 familles dans le monde : Anhimidae (kamichis), représentés par 3 espèces en Amérique du sud, Anseranatidae (canaroie), représentés par une espèce en australasie et Anatidae,  représentés par 164 espèces (Congrès ornithologiques international).

Anatidae

Il s'agit de  la plus importante famille de l'ordre des Anseriformes. Elle rassemble 5 sous-familles de palmipèdes dont 3 sont présentes dans la région : Dendrocygnae, Anserinae et Anatinae. On dénombre 14 espèces d'anatidés en Guyane.  La plupart vivent sur la bande littorale, dans les marais, les savanes inondables et les vasières. Parmi elles, le Canard musqué (Cairina moschata), dont sont issues les races domestiques appelées "Canards de barbarie".

Ici, les anatidés sont difficiles d'observation en raison d'une rareté naturelle (la plupart des espèces sont occasionnelles) mais également en raison d'une chasse trop intensive. Néanmoins, quelques sites d'observation faciles d'accès permettent de belles rencontres. En voici quelques exemples : sur les Marais de Kaw, le Canard musqué et la Sarcelle à ailes bleues (Spatula discolor) sont régulièrement observés. Les savanes inondables du Centre Spatial Guyanais constitue une zone de refuge exempte de chasse où le Canard musqué peut se reproduire en toute quiétude. Enfin, la vasière de la réserve naturelle nationale de l'Amana, à Awala-Yalimapo, est le théâtre du rassemblement annuel des Canards des Bahamas (Anas bahamensis).

Dendrocygnae (Dendrocygnes)

(2/3)

Anatinae (Canards,  sarcelles, Érismatures et Fuligules)

(4/11)

Galliformes


Cracidae (Ortalide, pénélope, hocco)

Cette famille regroupe 4 espèces dans le département : la Pénélope à gorge bleue (Pipile cumanensis), la Pénélope marail (Penelope marail), l'Ortalide motmot (Ortalis motmot) et le Hocco alector (Crax alector). Ces oiseaux très prisés des chasseurs sont craintifs et difficiles à observer. L'Ortalide motmot fréquente les lisières forestière et les bosquets des savanes. Elle s'accommode bien des milieux forestiers dégradés et denses et est particulièrement bruyante au levé et au couché du soleil. Cet oiseaux est localement appelé "parakoi" en raison de son chant particulier (une série de "parakoi" sonores ). Il n'est pas rare de les observer furtivement en vol lorsqu'elles franchissent les routes d'une lisière à une autre. Les pénélopes et le Hocco alector sont plus forestiers. Les pénélopes exploitent la canopée et le Hocco, bien qu'il passe la nuit perché, exploite la litière des sous-bois pour se nourrir.  

(4/4)

Procellariiformes


Procellariidae

Cette famille d'oiseaux pélagiques rassemble 80 espèces vivante dans le monde. La région considérée rassemble 7 espèces. Les Procellaridae possèdent un bec à narines tubulaires, qui associées à des glandes, jouent un rôle actif en contrôlant le taux de sodium-potassium du sang et permettent son élimination via une solution concentrée.

(3/7)

Podicipediformes


Podicipedidae (Grèbes)

Cette famille, constituée de 6 genres rassemble 22 espèces à travers le monde. Deux espèces de grèbes sont présentes dans le département : le Grèbe minime (Tachybaptus dominicus) et le Grèbe à bec bigarré (Podilymbus podiceps). Ces oiseaux ont un corps long et fuselé avec des pattes très courtes et positionnées très en arrière du corps d'où le nom de cette famille : Podicipedidae ("pieds au derrière"). Oiseaux aquatiques, les grèbes ne sont pas adaptés à la marche sur terre, où ils vont très rarement ; ils y sont plus vulnérables que d'autres oiseaux. Par ailleurs, ils ne sont pas non plus des spécialistes du vol, car leurs ailes sont relativement petites et leur musculature pectorale est assez peu développée.

(2/2)

Ciconiiformes


Ciconiidae (Cigogne, Jabiru et Tantale)

Les Ciconiidae rassemblent 6 genres et 19 espèces à travers le monde. En Guyane, cette famille est représentée par 3 espèces appartenant à 3 genres distincts : le Tantale d'Amérique (Mycteria americana), relativement commun dans les marais de Kaw ou sur la route de Guatémala, le Jabiru d'Amérique (Jabiru mycteria) et la Cigogne maguari (Ciconia maguari) dont la présence est très occasionnelle dans le département.

(1/3)

Pelecaniformes


Pelecanidae (Pélican brun)

La famille des Pelecanidae  rassemble 8 espèces du genre Pelecanus dans le monde. Ces oiseaux généralement piscivores se caractérisent par un grand bec muni d'une poche volumineuse  et extensible. Cette dernière fonctionne à la manière d'une épuisette pour piéger des poissons. Le Pélican brun est l'unique espèce présente en Guyane. Elle est occasionnelle dans le département et les individus observés sont généralement des immatures.

(1/1)

Threskiornithidae (Ibis et Spatule)

Les threskiornithidés rassemblent 13 genres et 35 espèces d'ibis et de spatules à travers le monde. Ici, cette famille est représentée par 4 espèces d'ibis : l'Ibis rouge (Eudocimus ruber), l'Ibis vert (Mesembrinibis cayennensis), l'Ibis blanc (Eudocimus albus) et l'Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus) et une spatule : la Spatule rosée (Platalea ajaja). L'Ibis rouge et la Spatule rosée se rencontrent préférentiellement sur la bande littorale dans les mangroves et les vasières tandis-que l'Ibis vert fréquente plutôt les mangroves, les forêts inondées et les marais de l'intérieur. La présence de l'Ibis blanc et de l'Ibis falcinelle est exceptionnelle en Guyane. Par ailleurs, les premières données d'observations pour ce dernier remontent à 2018 avec 2 individus observés dans les rizières de Mana.

(3/5)

Ardeidae (Onorés, Butors, Blongios, Bihoreaux, Savacou, Hérons et Aigrettes)

Cette vaste famille rassemble 19 genres et 67 espèces répartie en 4 sous-familles. La région biogéographique considérée ici compte 3 Tigrisomatinae (Onorés et Agami), 1 Cochleariinae (Savacou huppé), 4 Botaurinae (Butors et Blongios) et 13 Ardeinae (Bihoreaux, Crabier chevelu (première mention en 2019), Hérons et Aigrettes).

Ardeinae

(13/13)

Suliformes


Fregatidae (Frégate superbe)

Le genre Fregata est représenté par 5 espèces à travers le monde. La Frégate superbe (Fregata magnificens) est la seule espèce qui représente cette famille en Guyane. Les frégates sont visibles en vol sur l'ensemble du littoral. Une colonie d'oiseaux nicheur est présente sur l'île de la Réserve Naturelle Nationale de l'Ile du Grand-Connétable et comptait 1000 nids en 2014. Il s'agit de la seule colonie de reproduction des Guyanes. Le mâle possède une poche membraneuse orange.  Elle devient rouge vif en période nuptiale et il la gonfle au cours de la parade. Pour en savoir plus  sur la réserve, les espèces et opportunités de visite : Réserve Naturelle Nationale de l'Ile du Grand-Connétable.

(1/1)

Phalacrocoracidae (Cormoran Vigua)

La famille des  Phalacrocoracidae est constituée par 3 genres et 36 espèces à travers le monde. Le Cormoran vigua (Phalacrocorax brasilianus) est la seule espèce de cormoran en Guyane. Ces oiseaux possèdent un plumage partiellement perméable, en raison du fait que les trois quarts de la surface de leurs plumes ne comportent pas de crochets sur les barbules, rendant celles-ci libres et perméables. Cette propriété permet aux cormorans de dépenser moins d'énergie en plonger, car moins d'air est emmagasiné dans le plumage en comparaison avec d'autres oiseaux aquatiques, le rendant ainsi plus lourd. La position du cormoran, ailes déployées à la sortie de l’eau lui permet de sécher ses plumes, d'assurer une meilleure thermorégulation et de faciliter sa digestion.

(1/1)

Anhingidae (Anhinga d'Amérique)

Cette famille rassemble un unique genre : Anhinga , représenté par 4 espèces dans le monde : une en Australie, une en Asie, une en Afrique et une en Amérique : l'Anhinga d'Amérique (Anhinga anhinga).  Le nom "Anhinga" vient de la langue Tupi du Brésil et veut dire "oiseau-diable" ou "oiseau-serpent" en raison de la posture de l'oiseau lorsque son corps est immergé et que seuls dépassent la tête et le cou dessinant un "S" sur la surface de l'eau.

(1/1)

Accipitriformes


Cathartidae (sarcoramphe et Urubus)

Famille de vautours américain, les Cathartidae rassemblent 7 espèces, dont 6 en Amérique du Sud et 5 en Guyane. L'Urubu noir (Coragyps atratus) est le plus petit et le plus anthropophiles des 5, on le rencontre essentiellement sur les plages et dans les décharges de la bande littorale. L'Urubu à tête jaune (Cathartes burrovianus) fréquente préférentiellement les savanes, tandis-que l'Urubu à tête rouge est relativement généraliste en termes d'habitats mais localisé à la bande littorale.  Enfin, deux espèces sont strictement forestières dans le département : le Grand urubu (Cathartes melambrotus)  et le Sarcoramphe roi ou Vautour pape (Sarcoramphus papa).

(3/5)

Pandionidae (Balbuzard pêcheur)

Seul représentant des Pandionidés, le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) est une espèce cosmopolite. En Guyane, sa reproduction n'est pas avérée et la plupart des individus observés sont des hivernants qui se reproduisent en Amérique du nord.

(1/1)

Accipitridae (élanions, Milans, Busard, éperviers, Autour, Buses, Harpies, aigles)

Les Accipitridae rassemblent la majorité des rapaces diurnes.  Cette famille totalise 255 espèces vivantes qui se répartissent en 67 genres. Avec 33 espèces, la richesse spécifique des Accipitidae de Guyane est importante. Elle est rendue possible grâce à une spécialisation des régimes alimentaires. Le représentant  le plus impressionnant de cette famille est sans conteste la Hapie féroce (Harpia harpyja). Seule espèce du genre Harpia, c'est le plus grand et le plus puissant rapace d’Amazonie et il figure parmi les plus grandes espèces d'aigles dans le monde. Son appellation « féroce » provient de l'extrême agressivité dont il fait preuve lorsqu'il s'agit de défendre son territoire ou son nid, ce qui en fait un rapace difficile à étudier sans protections adéquates. Ses principales proies sont des mammifères arboricoles comme les paresseux  et les singes. L'observation des superprédateurs est généralement délicate en raison d'une densité de population très faible. La Harpie féroce ne fait pas exception. En revanche, d'autres espèces sont plus faciles à observer et notamment la Buse buson (Buteogallus aequinoctialis). Ce rapace vit dans les mangroves littorales et se nourrit essentiellement de crabes. Le Milan à queue fourchu est également fréquent en vol, mais généralement au dessus de la canopée. Ce Milan se nourrit essentiellement d'insectes qu'il capture en vol et d'impressionnant rassemblement peuvent être observés au moment de l'émergence des termites ailées (en début de saison des pluies).

(17/35)

Gruiformes


Heliornithidae (Grébifoulque d'Amérique)

(1/1)

Rallidae (Râles, Marouettes, Talèves, Gallinule)

Les Rallidae  rassemblent 35 genres et  150 espèces vivantes à travers le monde dont 16 en Guyane. De nombreuses espèces de cette famille, présentes dans les îles du Pacifique et de l'Océan Indien, évoluent avec peu de prédateurs naturels, ce qui les rend peu inaptes à se défendre ou à fuir. Ainsi, le C.O.I reconnaît 5 espèces éteintes depuis le XVI siècle dans cette famille.

(5/16)

Psophiidae (Agami)

La famille des Psophiidés est confinée à la région amazonienne et rassemble 3 espèces, dont 1 en Guyane : l'Agami trompette (Psophia crepitans). Cet oiseaux vit en petites troupes dans les forêts matures préservées. Difficile d'observation,  il est possible de les voir traverser les pistes forestières.

(1/1)

Charadriiformes


Recurvirostridae (échasse d'Amérique)

L'échasse d'Amérique est un oiseau peu commun en Guyane. Le secteur le plus fréquenté par l'espèce sont les rizières de Mana mais il est également possible de l'observée ponctuellement au marais Leblond à Cayenne ainsi  qu'au site du Conservatoire d’Espaces Naturels : Marais et Pripris de Yiyi

(1/1)

Charadriidae (Vanneaux et pluviers)

Cette famille est constituée de 12 genres et rassemble 67 espèces à travers le monde dont 8 sont présentes dans la région avec 2 vanneaux : le Vanneau de Cayenne (Hoploxypterus cayanus) et le Vanneau téro (Vanellus chilensis) ,  et 6 pluviers : le Pluvier bronzé (Pluvialis dominica), le Pluvier argenté (Pluvialis squatarola), le Pluvier kildir (Charadrius vociferus), le Pluvier ou Gravelot semipalmé  (Charadrius semipalmatus), le Pluvier de Wilson (Charadrius wilsonia) et le Pluvier ou Gravelot d'Azara (Charadrius collaris). Les plus communs en Guyane sont le Pluvier bronzé, le Pluvier argenté, le Pluvier semipalmé et le Pluvier d'Azara. Les autres espèces sont plus rares et, ou occasionnelles en Guyane.

Les charadriidés sont des limicoles. Ce nom vient du latin limus, qui signifie «limon», «boue». En effet, la majorité des oiseaux désignés sous le terme de "limicoles" consomment des invertébrés vivant dans la vase. Les limicoles rassemblent une importante diversité d'espèces qui sont parfois très différentes entre elles. Tous sont adaptés aux biotopes humides et vaseux et bien que certains aient une prédilection pour l'intérieur des terres, tous ont une affinité pour le milieu aquatique au cours de leur cycle biologique annuel.

(7/8)

Jacanidae (Jacana noir)

Seul représentant des Jacanidae en Guyane, le Jacana noir (Jacana jacana) possède de très long doigts qui lui permettent de répartir le poids de son corps pour se déplacer sur la végétation flottante. Également, cette espèce possède deux éperons alaires de couleur jaune  vif dont l'usage est inconnu. 

(1/1)

pages :

 

- 1-