Oiseaux de Guadeloupe


La Guadeloupe rassemble 285 espèces d'oiseaux tous statuts confondus (les sous-espèces ne sont pas considérées ici). L'arrangement taxonomique et les chiffres présentés sur cette page sont issus du Comité Ornithologique International (C.O.I.) (version 10.1, 2020), pour les chiffres mondiaux, et de la Liste des Oiseaux de la Guadeloupe (11ème édition), pour les chiffres régionaux : Levesque A. & Delcroix F. 2019. Liste des oiseaux de la Guadeloupe (11 ème édition). Grande-Terre, Basse-Terre, Marie-Galante, les Saintes, la Désirade, Îlets de la Petite Terre. Rapport AMAZONA n°63. 22 p.. Les catégories IUCN pour la listes rouge des oiseaux de Guadeloupe sont issues de la diffusion : UICN France, MNHN, AMAZONA, AEVA, ASFA & ONCFS (2012). La Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Oiseaux de Guadeloupe. Dossier électronique. Les statuts, l'abondance et les catégories IUCN des espèces sont explicitées en bas de page.


Falconiformes

L'ordre des Falconiformes est représenté par une famille unique, 11 genres et 66 espèces dans le monde.


Falconidae (Faucons)

La famille des Falconidae rassemble 11 genres et 66 espèces dans le monde dont 4 espèces notamment présentes en Guadeloupe : le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), le Crécerelle d'Amérique (Falco sparverius), le Faucon émerillon (Falco columbarius) et le Faucon pèlerin (Peregrine Falcon). On les  trouve dans toutes les régions du monde, sauf l'Antarctique. Ce sont des oiseaux prédateurs de taille moyenne, avec une envergure allant de 55  à plus de 125 cm. La famille se caractérise par la présence d'un décrochement  de la ramphothèque (dent du bec), une morphologie particulière du syrinx, une mue des rémiges qui commence avec la primaire n°4 et continue dans les deux sens, une composition chimique de la coquille des œufs propres à cette famille, des œufs de couleur rougeâtre (plutôt que bleu ou verdâtre), presque translucide à la lumière, une projection osseuse dans les narines et la présence de parasites du genre Mallophaga dans le plumage. En Guadeloupe, tous les Falconidae sont des migrateurs et/ou des hivernants, à l'exception du Crécerelle d'Amérique qui est un nicheur sédentaire, commun dans le département.

(3/4)

Psittaciformes

L'ordre des Pscittaciformes regroupe 4 familles, 94 genres et 398 espèces dans le monde.


Psittacidae

Les Psittacidae rassemble 37 genres et 181 espèces dans le monde. Les deux uniques représantant de cette famille en Guadeloupe, 2 espèces endémiques sont aujourd'hui éteintes : l'Amazone de Guadeloupe (Amazona violacea) et la Conure de Guadeloupe (Psittacara labati). Ce sont des oiseaux trapus à grosse tête avec un cou trapu, de taille petite à grande (de 8 à 100 cm). Le bec caractéristique est court, épais et puissant, recourbé et articulé. La maxille et la mâchoire sont fixées à la charnière du crâne, ce qui offre la possibilité d’un mouvement vertical important et puissant d’autant que la musculature des mandibules est hautement développée. Cependant, comme chez les flamants, le bec n’est pas fixé au crâne. Sauf exception, la face interne de l’extrémité de la mâchoire est tapissée de lamelles striées. Tous les Psittacidae (une exception), utilisent leur bec de la même façon pour extraire les graines de leur gangue. La graine est tenue entre les mandibules et c’est la mandibule inférieure qui écrase la gangue et la langue extrait la graine. Le bec pousse continuellement ce qui incite les oiseaux à l’entretenir. À la base du bec se trouve la cire, généralement nue, qui entoure les narines. La langue, très musculeuse, permet de placer les graines à briser de façon à avoir plus de puissance. Chaque œil est indépendant. Ils ont un cou très mobile ce qui leur permet un champ de vision très large. Les pattes zygodactyles, sont courtes. Beaucoup d’espèces portent un plumage très coloré (les Psittacidae ne synthétisent pas de pigments bleus ou verts. Ces couleurs sont visibles via l'effet de Tyndall). Les dimorphismes sexuels sont généralement peu marqués.

Passeriformes

L'ordre des Passeriformes regroupe 142 familles, 1333 genres et 6518 espèces dans le monde.


Tyrannidae (élénie, pioui, moucherolles, Tyrans)

La vaste famille des Tyrannidae rassemble 104 genres et 437 espèces dans les Amériques dont 7 sont notamment présentes en Guadeloupe : Elénie siffleuse (Elaenia martinica), le Pioui de l'Est (Contopus virens), la Moucherolle gobemouche (Contopus latirostris), la Moucherolle des saules (Empidonax traillii), la  Moucherolle des aulnes (Empidonax alnorum), le Tyran janeau (Myiarchus oberi), le Tyran gris (Tyrannus dominicensis) et le Tyran des savanes (Tyrannus savana). Ce sont des oiseaux de taille minuscule à moyenne (de 6,5 à 28 cm). Leur plumage est dans la plupart des cas une combinaison variée de noir, brun, blanc, jaune et vert ; il est terne chez certaines espèces, plus vif chez d'autres. La famille présente une grande diversité de formes (taille, bec, longueur des pattes, etc.). En Guadeloupe, l'Elénie siffleuse, la Moucherolle gobemouche, le Tyran janeau et Tyran gris sont des nicheurs sédentaires ; les autres espèces sont des migrateurs strictes dans le département.

(1/7)

Vireonidae (Viréo)

Les Vireonidae regroupent 6 genres et 64 espèces dans les Amériques. Cinq espèces sont notamment présentes en Guadeloupe : le Viréo aux yeux blancs (Vireo griseus), le Viréo à gorge jaune (Vireo flavifrons), le Viréo à œil rouge (Vireo olivaceus), le Viréo jaune-verdâtre (Vireo flavoviridis) et le Viréo à moustaches (Vireo altiloquus) . En raison du  mimétisme avec leur environnement, seul les chants permettent souvent de détecter leur présence. Tous les Viréos de Guadeloupe sont des migrateurs strictes à l'exception du Viréo à moustaches qui est un nicheur sédantaire, commun dans le département.

(1/5)

Hirundinidae (Hirondelles)

La famille des Hirundinidae rassemble 19 genres et 88 espèces dans le monde dont 9 sont notamment présentes en Guadeloupe : l'Hirondelle à ailes hérissées (Stelgidopteryx serripennis), l'Hirondelle noire (Progne subis), l'Hirondelle à ventre blanc (Progne dominicensis), l'Hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor), l'Hirondelle de rivage (Riparia riparia), l'Hirondelle rustique (Hirundo rustica), l'Hirondelle à front blanc (Petrochelidon pyrrhonota), l'Hirondelle à front brun (Petrochelidon fulva) et l'Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum). Ce sont des oiseaux cosmopolites, de taille petite à moyenne (de 11 à 22  cm), au corps fuselé portant de longues ailes, et souvent, une queue fourchue. Les hirondelles fréquentent une grande variété de milieux, des régions semi-arides aux forêts, souvent près de l'eau. Le nid est une construction de terre ou de sable et d'algues agglomérés avec un mélange de mucus et parfois des plumes, fixés sur des parois ou cavités de falaises, grottes, habitations humaines, à l'exception d'une espèce (Riparia riparia) qui creuse des terriers dans des parois de sable ou de terre meuble. Ces oiseaux se nourrissent d'insectes qu'ils capturent en vol.

(0/9)

Troglodytidae (Troglodytes)

La famille des Troglodytidae est représentée par 19 genres et 88 espèces dans le monde dont une, est notamment présente en Guadeloupe : le Troglodyte familier (Troglodytes aedon).

(0/1)

Mimidae (Trembleur, moqueur)

La famille des Mimidae rassemble 10 genres et 34 espèces dans le monde dont 5 espèces notamment présentes en Guadeloupe : le Moqueur chat (Dumetella carolinensis), le Moqueur grivotte (Allenia fusca), le Moqueur corossol (Margarops fuscatus), le Trembleur brun (Cinclocerthia ruficauda) et le Moqueur des savanes (Mimus gilvus). En Guadeloupe, toutes ces espèces sont des nicheurs sédentaires communs à très communs à l'exception du Moqueur chat qui une espèce strictement migratrice et occasionnelle dans le département.

(2/5)

Turdidae (Merles)

La famille des Turdidae regroupe 17 genres et 172 espèces dans le monde dont 4 espèces présentes en Guadeloupe : la Grive à joues grises (Catharus minimus), la Grive à dos olive (Catharus ustulatus), le Merle à lunette (Turdus nudigenis) et la Grive à pieds jaunes (Turdus lherminieri).

(1/4)

Muscipacidae (Traquet motteux)

La famille des Muscicapidae regroupe 51 genres et 330 espèces dans le monde dont une espèce en Guadeloupe : le Traquet motteux (Oenanthe oenanthe). Il s'agit d'une espèce migratrice anecdotique pour  la région. La première donnée pour cette espèce date du 21/10/2012.

(1/1)

Passeridae

(1/1)

Ploceidae

La famille des Ploceidae rassemble 11 genres et 109 espèces dans le monde dont 3 sont notamment présentes en Guadeloupe : le Tisserin gendarme (Ploceus cucullatus), l'Euplecte franciscain (Euplectes franciscanus) et l'Euplecte vorabé (Euplectes afer).

(0/3)

Estrildidae

La vaste famille des Estrildidae rassemble 39 genres et 141 espèces dans le monde dont 5 sont notamment présentes en Guadeloupe : l'Astrild à joues orange (Estrilda melpoda), l'Astrild cendré (Estrilda troglodytes), le Bengali rouge (Amandava amandava), le Capucin damier (Lonchura punctulata) et le Capucin à tête blanche (Lonchura maja).

(0/5)

Fringillidae (Organistes louis-d'or)

La famille des Fringillidae regroupe 50 genres et 228 espèces dans le monde dont une est notamment présente en Guadeloupe : l'Organiste louis-d'or (Euphonia musica).  Les Organistes sont des petits oiseaux de canopée, frugivores.

(0/1)

icteridae (Goglu, Quiscale, Vacher, Oriole)

La famille des Icteridae regroupe 30 genres et 109espèces des Amériques dont 5 espèces notamment présentes en Guadeloupe : le Goglu des prés (Dolichonyx oryzivorus), l'Oriole des vergers (Icterus spurius), l'Oriole de Baltimore (Icterus galbula), le  Vacher luisant (Molothrus bonariensis) et le Quiscale merle (Quiscalus lugubris). Toutes ces espèces sont occasionnelles, peu communes ou rares, à l'exception du Quiscale merle, très commun dans la région.

(1/5)

Parulidae (Parulines)

La famille des Parulidae regroupe 18 genres et 119 espèces dans le monde dont 33 espèces notamment présentes en Guadeloupe. La grande majorité des parulines de Guadeloupe sont migratrices et/ou hivernantes. Seules la Paruline caféiette (Setophaga plumbea) et la Paruline jaune (Setophaga petechia) sont des nicheurs sédentaires. Ces deux espèces sont communes à très communes dans la région.

(1/33)

Cardinalidae (Cardinals)

Les Cardinalidae regroupe 14 genres et 53 espèces des Amériques dont 9 en Guyane : le Piranga vermillon (Piranga rubra), le Piranga écarlate (Piranga olivacea), le Cardinal à poitrine rose (Pheucticus ludovocianus), le Guiraca bleu (Passerina caerulea), le Passerin indigo (Passerina cyanea) et le Dickcissel d'Amérique (Spiza americana). Ce sont des oiseaux granivores dont la couleur du plumage est habituellement différenciée selon le sexe ; la famille est nommée selon la couleur rouge du mâle de l'espèce type, le Cardinal rouge (Cardinalis cardinalis) qui rappelle les vêtements rouges des cardinaux catholiques.

(0/6)

Thraupidae (SicaleS, Sucriers, sporophiles, Saltator)

Les Thraupidae rassemblent 95 genres et 109 espèces dans le monde dont 6 notamment présentes en Guadeloupe : le Sicale des savanes (Sicalis luteola), le Sporophile bouveron (Sporophila lineola), le Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola), le Sporophile rougegorge (Loxigilla noctis), le Sporophile cici (Melanospiza bicolor) et le Saltator gros-bec (Saltator albicollis). Toutes ces espèces sont des nicheurs sédentaires à l'exception du Sporophile bouveron qui est un migrateur occasionnel dans la région.

(2/6)

Strigidae (Chevêche ou Chouette des terriers)

Les strigidés sont représentés par une espèce dans en Guadeloupe : la Chevêche ou Chouette des terriers (Athene cunicularia). Cette espèce active de jour comme de nuit niche au sol dans des terriers creusés souvent proches des habitations humaines. Cette espèce largement distribuée dans les Amériques a aujourd'hui disparue de Guadeloupe.

(1/1)

Coraciiformes

L'ordre des Coraciiformes rassemble 6 familles, 35 genres et 178 espèces dans le monde.


Alcedinidae (Martin-Pêcheurs)

La famille des Alcedidae regroupe  19 genres et 114 espèces dans le monde dont 2 sont présentes en Guadeloupe : le Martin-pêcheur à ventre roux (Magaceryle torquata) et le Martin-pêcheur d'Amérique (Magaceryle alcyon).  Ce sont des oiseaux compacts de taille petite à moyenne (10 à 46 cm), au bec droit et long, en forme de poignard. Leurs pattes sont courtes, et ils portent un plumage aux couleurs vives. Ils sont principalement piscivores. La plupart pondent dans un terrier creusé par eux même et souvent situé près de l'eau ou légèrement en retrait. En Guadeloupe, le Martin-pêcheur à ventre roux est un nicheur sédentaire rare, tandis-que le Martin-pêcheur d'Amérique est un hivernant peu commun.

(1/2)

Piciformes

L'ordre des Piciformes rassemble 9 familles, 71 genres et 445 espèces dans le monde.


Picidae (Picumnes et Pics)

La famille des Picidae rassemblent 35 genres et 236 espèces dans le monde dont 2 sont notamment présentes en Guadeloupe : le Pic de Guadeloupe (Melanerpes herminieri) et le Pic maculé (Sphyrapicus varius). Ce sont des oiseaux de taille petite à grande (de 7,5 à 60  cm), au bec droit moyennement long. Les pattes courtes portent quatre longs doigts, quelques espèces en ont seulement trois. La plupart ont la queue longue, avec de solides rectrices  médianes. La langue est longue et munie d'une pointe barbelée, adaptée à saisie des larves d'insectes.

(1/2)

Statuts issus de La Liste des Oiseaux de Guadeloupe

 

End. : Endémique

S : Sédentaire

N : Nicheur

M : Migrateur               

H : Hivernant

Err : Erratique

r : Rare

 

Abondance issus de La Liste des Oiseaux de Guadeloupe

 

Et. : Éteint

Disp. : disparu

A : Accidentel (moins de 5 données à ce jour pour les espèces eurasiatiques)

O : Occasionnel (moins de 5 données à ce jour pour les espèces américaines)

R : rare (moins de 5 données sur une année)

PC : Peu commun (3 à 15 données par an et vu au moins 3 années sur 4)

C : Commun (16 à 100 données chaque année)

TC : Très commun (plus de 100 données tous les ans)

 

Catégories IUCN pour la Liste rouge des Oiseaux de Guadeloupe

 

En noir, les catégories Liste rouge des oiseaux nicheurs ; en bleu les catégories Liste rouge des oiseaux migrateurs et/ou hivernants :

 

- : Pas d'information

 

Espèces disparues :

 

RE : Espèce disparue de Guadeloupe

 

Espèces menacées de disparition en Guadeloupe :

 

CR : En danger critique
EN : En danger
VU : Vulnérable

 

Autres catégories :

 
NT : Quasi menacée
LC : Préoccupation mineure
DD : Données insuffisantes
NA : Non applicable (espèce non soumise à évaluation car (a) introduite après l’année 1500, (b) présente de manière occasionnelle ou marginale et non observée chaque année en métropole, (c) régulièrement présente en métropole en hivernage ou en passage mais ne remplissant pas les critères d’une présence significative, ou (d) régulièrement présente en métropole en hivernage ou en passage mais pour laquelle le manque de données disponibles ne permet pas de confirmer que les critères d’une présence significative sont remplis)
NE : Non évaluée (car (1) espèce présente dans la Liste rouge mondiale mais sous un autre périmètre taxonomique, (2) espèce non confrontée aux critères de la
Liste rouge mondiale)

 

pages :

 

-2-