Mammifères de Guyane


On dénombre actuellement 197 espèces de mammifères dans le département (Catzeflis, 2017)


Marsupialia (Marsupiaux)

Les petits des animaux marsupiaux naissent dans un état de développement rudimentaire, dit larve marsupiale (leur anatomie diffère grandement de l'état « adulte »). Immédiatement après la naissance, la larve migrent vers les mamelles de leur mère, éventuellement situées dans un marsupium ("reproduction ultra-nidicole"). La mamelle va ensuite se dilater dans la bouche, et les épithéliums de la larve et de sa mère vont fusionner jusqu'au stade juvénile du petit. Les marsupiaux sont représentés par des animaux d'une grande diversité comme les kangourous et les wallaby, le Diable de Tasmanie, le Koala etc. et les opossums. Ces derniers sont les seuls représentants sur le contient américain.


Didelphidae (Opossums)

Tous les opossums de Guyane appartiennent à cette famille. On connait actuellement 12 genres et 15 espèces dans le département.

(3/15)

Xenarthra (Xénarthres)

Ce super-ordre de mammifères placentaires rassemble des espèces présentant sur leurs vertèbres dorsales et lombaires des apophyses surnuméraires : les anapophyses, fournissant des articulation intervertébrales supplémentaires dites xénarthrales, que l'on ne retrouve dans aucun autre ordre de mammifères. Les xénarthres sont uniquement présents sur le continent américain et rassemble les fourmiliers, les tatous et les paresseux. 


Myrmecophagidae (Fourmiliers)

Ces animaux possèdent une mâchoire conique et incurvée vers le bas, ainsi qu’une longue langue étroite, qui leur permet notamment de fouiller les habitations de leurs proies (fourmis et termites). Parmi les 4 espèces décrites, 3 sont présentes en Guyane : le Grand Tamanoir (Myrmecophaga tridactyla), le Fourmilier à collier ou Tamandou à quatre doigts (Tamandua tetradactyla) et le Myrmidon (Cyclopes didactylus).

(2/3)

Chlamyphoridae (Tatous)

Les Tatous possèdent une carapace formée de plaques osseuses articulées recouvertes de corne. Elles recouvrent la totalité du dos de l’animal, du front jusqu’à la queue, surface externe des membres comprise. Selon les espèces, elles forment soit des ceintures successives séparées par des replis cutanés souples, comme chez le tatou géant ; soit deux boucliers, l’un protégeant les épaules, l’autre les hanches, et séparés par des bandes d’écailles en nombre variable. Certaines espèces peuvent s’enrouler en boule en cas de danger.  Parmi les 21 espèces connus, 4 sont présentes dans le département. Elles sont groupées en deux familles : les Chlamyphoridae représentés par le Tatou géant (Priodontes maximus) et le Tatou à queue nue ou Petit Cabassou (Cabassous unisinctus et les Dasypodidae représentés par le Tatou de Kappler (Dasypus kappleri), le Tatou à neuf bandes ou Tatou commun (Dasypus novemcinctus), un tatou récemment découvert (Dasypus sp.) et le Tatou à six bandes (Euphractus sexcinctus).

(1/6)

Bradypodidae (Paresseux à trois doigts)

Il existe 6 espèces de paresseux regroupés en 2 familles. La Guyane compte un représentant par famille : le Paresseux à trois doigts, Aï ou Mouton paresseux (Bradypus tridactylus) de la famille des Bradypodidae et le Paresseux à deux doigts ou Unau (Choloepus didactylus) de la famille des Megalonychidae.

(1/1)

Rodontia (Rongeurs)

Les rongeurs sont caractérisés par leur denture : une paire de grandes incisives à l'extrémité de chaque mâchoire, 2 à 5 dents masticatrices (prémolaires et molaires) en arrière de la bouche, séparées des incisives par un espace sans dents nommé diastème.  Les incisives à croissance continue, sont recouvertes d'un émail résistant de couleur jaune à orange brun sur la face externe. En Guyane, on dénombre actuellement 34 espèces de rongeurs. Ce taxon, très diversifié dans le département rassemble des types morphologique très différents avec des espèces terrestres allant des minuscules Souris épineuses, pesant 14 g, aux très gros Cabiaï pesant plusieurs dizaines de kilos. De telles différences de taille concerne aussi les espèces arboricoles depuis les très petites Souris arboricoles roussâtre pesant 20 g jusqu'au 3.6 kg des Coendous à queue préhensile.  (Catzeflis F., Barrioz S., Szpigel JF, de Thoisy B., 2014, Marsupiaux et Rongeurs de Guyane, Institut Pasteur de la Guyane, Cayenne, 128 p.)


Sciuridae (écureuils)

Deux espèces d'écureuils sont présentes en Guyane :  l’Écureuil nain ou Petit Guerlingué (Sciurillus pusillus) et l’Écureuil des Guyanes ou Grand Gerlingué (Sciurus aestuans).

(1/2)

Sigmodontidae

(1/17)

Erethizontidae (Coendous)

Cette famille regroupe les coendous ou porcs-épics préhensiles du continent sud-américain. Comparativement aux autres porcs-épics, les  coendous possèdent une  queue préhensile leur permettant un mode de vie arboricole. Ils sont représentés par  4 espèces dont 2 sont présentes en Guyane : le Coendou nain poilu (Coendou melanurus) et le Coendou à queue préhensile (Coendou prehensilis) .

(2/2)

Caviidae (Cabiaï)

Cette famille est représentée par une unique espèce en Guyane : le Cabiaï ou Capybara, en espagnol (Hydrochoerus hydrochaeris). Le Cabiaï est le plus gros rongeur actuel.

(1/1)

Dasyproctidae (Agoutis)

(1/2)

Agoutidae (Paca)

(1/1)

Echimyidae

(1/6)

Perissodactyla

Les Périssodactyles sont un ordre de mammifères ongulés possédant un nombre impair de doigts aux membres postérieurs. Le poids du corps est supporté par le doigt médian.


Tapiridae (Tapirs)

On connais actuellement 5 espèces de tapirs dans le monde : 4 en Amérique du sud et une en Asie du sud-est. La Guyane en accueille 1 espèces : le Tapir terrestre (Tapirus terrestris). Les connaissances des populations locales et des documents photographiques suggèrent qu'une seconde espèce, décrite en 2013 (Tapirus kabomani), pourrait être présente dans l'ouest du département (Cozzuol MA, Clozato CL, Holanda C, Rodrigues FHG, Nienow S, de Thoisy B, Redondo RAF, Santos FR., A new species of tapir from the Amazon, Journal of Mammalogy, 94(6):1331–1345, 2013).

(1/1)

Artiodactyla

Les artiodactyles forment un ordre de mammifères ongulés possédant un nombre pair de doigts (2 ou 4). Ainsi, l'axe des membres postérieurs passe entre les doigts III et IV (cette disposition est appelée paraxonie).


Tayassuidae (Pécaris)

Les membres de cette famille sont appelés pécaris. Tous vivent sur le continent américain. On connait actuellement 3 espèces de pécaris et 2 d'entre elles sont présentes en Guyane : le Pécari à collier (Pecari tajacu) et le Pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari).

(2/2)

Cervidae (Daguets et Cerf)

La Guyane accueille 4 espèces de cervidés : le Daguet rouge (Mazama americana), le Daguet gris (Mazama nemorivaga), la Biche des palétuviers ou Cariacou (Odocoileus cariacou) et le Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus).

(1/4)

Carnivora


mustelidae (Tayra, Grison, Loutres)

Cette famille rassemble 4 espèces en Guyane : la Tayra (Eira barbara), le Grison (Galictis vittata), la Loutre géante (Pteronura brasiliensis) et la Loutre néotropicale (Lontra longicaudis).

(1/4)

canidae (Renard et Chien)

Cette famille compte 2 représentants en Guyane : le Renard des savanes (Cerdocyon thous) et le Chien des buissons (Speothos venaticus). Les chances d'observer ces espèces rares et discrètes dans le département sont très réduites.

(1/2)

felidae (Jaguar, Puma, Ocelot, Oncille et Jaguarundi)

On dénombre 6 félins dans le département : le Jaguar (Panthera onca), le Puma (Puma concolor), l'Ocelot (Leopardus pardalis), l'Oncille (Leopardus tigrinus), le Margay ou Chat margay (Leopardus wiedii) et le Jaguarundi (Puma yagouaroundi). Le Jaguar qui est le plus grand félin de Guyane présente une forme mélanique. L'Oncille est le plus petit mais aussi le plus rare et son observation reste exceptionnelle.

(4/6)

Primates

La Guyane accueille 8 espèces de primates réparties en deux familles. Pour en savoir davantage :

Ouvrage : Benoit de Thoisy, Maël Dewynter. SEPANGUY, 2004, 68 pages. 

Plaquette : association Kwata : Les primates de Guyane, des espèces fragiles


Callitrichidae (Tamarin à mains dorées)

Cette famille regroupe une trentaine de petites espèces aux allures d'écureuils. Les tamarins, tamarins lions et les ouistiti en font partie. Une unique espèce est présente en Guyane : le Tamarin à mains dorées (Saguinus midas). Ce petit primate est très fréquent dans toutes les forêts de Guyane et parfois même dans les jardins.

(1/1)

Cebidae (Capucins, Singe écureuil, Hurleur, Atèle, Sakis)

Cette vaste famille réunit 7 singes très différents en Guyane : le Capucin brun (Cebus apella), le Capucins blanc (Cebus olivaceus), le Singe écureuil commun ou Saïmiri (Saimiri sciureus), le Singe hurleur roux (Alouatta macconnelli), l'Atèle noir ou Singe araignée noir (Ateles paniscus), le Saki à face pâle ou Saki à face blanche (Pithecia pithecia) et le Saki noir ou Saki satan (Chiropotes chiropotes).

(6/7)

Chiroptera

Parmi les 197 espèces de mammifères de Guyane, 100 sont des chauves-souris. A titre de comparaison, avec une superficie de l'ordre de 1/6 de celle de la France métropolitaine, la Guyane compte 3 fois plus d'espèces de chauves-souris que l'Eurasie tempérée tout entière. Ces mammifères jouent un rôle prépondérant dans la dynamique des écosystèmes guyanais sans commune mesure avec celle qu'on leur connait dan les régions tempérées. En effet, dans ces dernières, l'évolution n'a produit que des  espèces insectivores, alors que l'Amérique tropicale à également donnée naissance à des chauves-souris carnivores, piscivores, hématophages, pollinivores, et frugivores. De nombreuses espèces d'arbres, de lianes, et de plantes herbacées dépendent des chiroptères nectarivores et pollinivores pour féconder leur fleurs, et surtout des frugivores pour disperser les graines contenues dans leurs fruits. Les chiroptères de Guyane sont répartie dans 10 familles.

Pour en savoir plus : Pierre Charles-Dominique, André Brosset, Sylvie Jouard, Muséum national d'Histoire naturelle (Collection Patrimoines Naturels, Vol. 49), Les chauves-souris de Guyane, 2001, 172 pages.


Emballonuridae

(3/13)

Phyllostomidae

Phyllostomidae - Phyllostominae

Phyllostomidae - Stenodermatinae

Thyropteridae

(1/2)