Mammifères de Guyane


On dénombre actuellement 197 espèces de mammifères continentaux et 3 espèces de mammifères côtiers en Guyane. Le taux d'endémisme pour ce groupe taxonomique est de l’ordre de 11% et de 17% si l'on considère uniquement les Chiroptères (source : Liste des Mammifères de Guyane française (février 2020) par François CATZEFLIS). En plus des trois espèces côtières (le Lamantin amazonien (Trichechus inunguis), le Lamantin antillais (Trichechus manatus) et le Dauphin de Guyane (Sotalia guianensis)) incluses dans la liste actualisée  de février 2020, 24 Cétacés ont été observés au large des côtes de la Guyane (Savouré-Soubelet et al., 2016). Ces derniers ont fait l'objet de 4 synthèses d’observations récentes : Van Canneyt et al. (2009) ; Bordin et al. (2012) ; GEPOG (2014) ; Ocean Science & Logistic (2019), portant le nombre des Mammifères de Guyane à 224 espèces. Le Parc Amazonien de Guyane a mis à disposition de tous une plaquette permettant d'identifier les espèces emblématiques de la région (accessible ici).  L’arrangement taxonomique de cette page suit celui utilisé par François Catzeflis pour établir la liste des mammifères de Guyane : Wilson et Reeder (2005), sauf révisions systématiques postérieures.


Marsupialia (Marsupiaux)

Les petits des animaux marsupiaux naissent dans un état de développement rudimentaire, dit larve marsupiale (leur anatomie diffère grandement de l'état « adulte »). Immédiatement après la naissance, la larve migrent vers les mamelles de sa mère, éventuellement situées dans un marsupium ("reproduction ultra-nidicole"). La mamelle va ensuite se dilater dans la bouche, et les épithéliums de la larve et de sa mère vont fusionner jusqu'au stade juvénile du petit. Les marsupiaux sont représentés par des animaux d'une grande diversité comme les kangourous et les wallaby, le Diable de Tasmanie, le Koala etc. et les opossums. Ces derniers sont les seuls représentants des Marsupiaux présents sur le contient américain.


Didelphidae (Opossums)

Tous les opossums de Guyane appartiennent à cette famille. On connait actuellement 12 genres et 16 espèces dans le département.

(3/16)

Sirenia (siréniens)


Trichechidae(Lamantins)

La famille des Trichelidae rassemble 3 espèces de Lamantins dans le monde : le Lamantin antillais (Trichechus manatus), le Lamantin amazonien (Trichechus inunguis) et le Lamantin d'Afrique (Trichechus senegalensis). La Guyane se positionne sur une zone de rencontre entre le Lamantin antillais et le Lamantin amazonien.  Les deux espèces montrent des signes génétiques et morphologiques d'une hybridation (Lima et al. (2019)). La population de Lamantin antillais présente en Guyane, a été estimée à 43 individus (Castelblanco et al. 2014) mais ce  chiffre serait largement sous-estimé compte tenu des difficultés d'observation. Ce sont des mammifères aquatiques herbivores, au corps fuselé qui vivent dans les eaux littorales peu profondes, les lagunes, l'embouchure des fleuves et les marais côtiers de la zone tropicale de l'océan Atlantique.

(0/2)

Xenarthra (Xénarthres)

Ce super-ordre de mammifères placentaires rassemble des espèces présentant sur leurs vertèbres dorsales et lombaires des apophyses surnuméraires : les anapophyses, fournissant des articulation intervertébrales supplémentaires dites xénarthrales, que l'on ne retrouve dans aucun autre ordre de mammifères. Les xénarthres sont uniquement présents sur le continent américain et rassemble les fourmiliers, les tatous et les paresseux. 


Xenarthra - Cingulata (Tatous)

L'ordre des Cingulata rassemble 2 familles : les Chlamyphoridae et les Dasypodidae toutes deux représentées en Guyane. Les Tatous possèdent une carapace formée de plaques osseuses articulées recouvertes de corne. Elles recouvrent la totalité du dos de l’animal, du front jusqu’à la queue, surface externe des membres comprise. Selon les espèces, elles forment soit des ceintures successives séparées par des replis cutanés souples, comme chez le tatou géant ; soit deux boucliers, l’un protégeant les épaules, l’autre les hanches, et séparés par des bandes d’écailles en nombre variable. Certaines espèces peuvent s’enrouler en boule en cas de danger. 

Dasypodidae

La famille des Dasypodidae rassemble un genre et 7 espèces dans le monde dont 2 sont notamment présentes en Guyane : le Tatou de Kappler (Dasypus kappleri) et une espèce en cours de description par F. Delsuc, L. Hautier & G. Billet : Dasypus sp. nov.. En effet, des analyses moléculaires (Gibb et al., 2016) et morphologiques (Hautier et al., 2017) indiquent que les tatous à neuf bandes de Guyane différent de ceux présents au Venezuela, en Bolivie, au Paraguay, au Pará brésilien, en Equateur, au Mexique, et aux Etats-Unis.

(0/2)

Chlamyphoridae

La famille des Chlamyphoridae rassemble 8 genres et 14 espèces dans le monde dont 2 sont notamment présentes en Guyane : le Tatou géant (Priodontes maximus) et le Tatou à queue nue ou Petit Cabassou (Cabassous unisinctus).

(1/2)

Xenarthra - Pilosa (Paresseux & Fourmiliers)

Bradypodidae (Paresseux à trois doigts)

La famille des Bradipodidae rassemble 1 genre et 4 espèces dans les régions tropicales d'Amérique du sud jusqu'au Mexique : le Paresseux nain (Bradypus pygmaeus), le Paresseux à crinière (Bradypus torquatus), le Paresseux à trois doigts, Aï ou Mouton paresseux (Bradypus tridactylus), notamment présent en Guyane et le Paresseux à gorge brune (Bradypus variegatus).

(1/1)

Megalonychidae (Paresseux à deux doigts)

La famille des Megalonychidae rassemble 2 espèces : le Paresseux à deux doigts ou Unau (Choloepus didactylus), notamment présent en Guyane, et le Unau d'Hoffmann (Choloepus hoffmanni).

(1/1)

Myrmecophagidae (Fourmiliers & Myrmidon)

Ces animaux possèdent une mâchoire conique et incurvée vers le bas, ainsi qu’une longue langue étroite, qui leur permet notamment de fouiller les habitations de leurs proies (fourmis et termites). Parmi les 4 espèces décrites, 3 sont présentes en Guyane : le Grand Tamanoir (Myrmecophaga tridactyla), le Fourmilier à collier ou Tamandou à quatre doigts (Tamandua tetradactyla) et le Myrmidon (Cyclopes didactylus).

(2/3)

Primates

La Guyane accueille 8 espèces de primates réparties en deux familles. Pour en savoir davantage : Ouvrage : Benoit de Thoisy, Maël Dewynter. SEPANGUY, 2004, 68 pages. Plaquette : association Kwata : Les primates de Guyane, des espèces fragiles


Callitrichidae (Tamarin à mains dorées)

Cette famille regroupe une trentaine de petites espèces aux allures d'écureuils. Les tamarins, tamarins lions et les ouistiti en font partie. Une unique espèce est présente en Guyane : le Tamarin à mains dorées (Saguinus midas). Ce petit primate est très fréquent dans toutes les forêts de Guyane et parfois même dans les jardins.

(1/1)

Cebidae (Capucins, Singe écureuil, Hurleur, Atèle, Sakis)

Cette vaste famille réunit 7 singes très différents en Guyane : le Capucin brun (Cebus apella), le Capucins blanc (Cebus olivaceus), le Singe écureuil commun ou Saïmiri (Saimiri sciureus), le Singe hurleur roux (Alouatta macconnelli), l'Atèle noir ou Singe araignée noir (Ateles paniscus), le Saki à face pâle ou Saki à face blanche (Pithecia pithecia) et le Saki noir ou Saki satan (Chiropotes chiropotes).

(6/7)

Rodontia (Rongeurs)

Les rongeurs sont caractérisés par leur denture : une paire de grandes incisives à l'extrémité de chaque mâchoire, 2 à 5 dents masticatrices (prémolaires et molaires) en arrière de la bouche, séparées des incisives par un espace sans dents nommé diastème.  Les incisives à croissance continue, sont recouvertes d'un émail résistant de couleur jaune à orange brun sur la face externe. En Guyane, on dénombre actuellement 34 espèces de rongeurs. Ce taxon, très diversifié dans le département rassemble des types morphologique très différents avec des espèces terrestres allant des minuscules Souris épineuses, pesant 14 g, aux très gros Cabiaï pesant plusieurs dizaines de kilos. De telles différences de taille concerne aussi les espèces arboricoles depuis les très petites Souris arboricoles roussâtre pesant 20 g jusqu'au 3.6 kg des Coendous à queue préhensile.  (Catzeflis F., Barrioz S., Szpigel JF, de Thoisy B., 2014, Marsupiaux et Rongeurs de Guyane, Institut Pasteur de la Guyane, Cayenne, 128 p.)


Sciuridae (écureuils)

Deux espèces d'écureuils sont présentes en Guyane :  l’Écureuil nain ou Petit Guerlingué (Sciurillus pusillus) et l’Écureuil des Guyanes ou Grand Gerlingué (Sciurus aestuans).

(1/2)

Sigmodontidae

(1/19)

muridae (Souris grise & rats)

Trois espèces de Muridae ont accidentellement été introduites en Guyane : la Souris grise (Mus musculus), le Rat surmulot (Rattus norvegicus) et le Rat noir (Rattus rattus).

(1/3)

Erethizontidae (Coendous)

Cette famille regroupe les coendous ou porcs-épics préhensiles du continent sud-américain. Comparativement aux autres porcs-épics, les  coendous possèdent une  queue préhensile leur permettant un mode de vie arboricole. Ils sont représentés par  4 espèces dont 2 sont présentes en Guyane : le Coendou nain poilu (Coendou melanurus) et le Coendou à queue préhensile (Coendou prehensilis) .

(2/2)

Caviidae (Cabiaï)

Cette famille est représentée par une unique espèce en Guyane : le Cabiaï ou Capybara, en espagnol (Hydrochoerus hydrochaeris). Le Cabiaï est le plus gros rongeur actuel.

(1/1)

Dasyproctidae (Agoutis)

(1/2)

Agoutidae (Paca)

(1/1)

Echimyidae

(Echimys chrysurus), (Isothrix sinnamariensis), (Makalata didelphoides), (Makalata sp-1), (Mesomys hispidus), (Proechimys cuvieri) et (Proechimys guyannensis). "Des analyses moléculaires et morphologiques (données non-publiées de C. Regina Silva et B. de Thoisy) indiquent qu’une nouvelle espèce de Makalata existe en Guyane et en Amapá, en sympatrie parfois le long du littoral avec M. didelphoides" (F. Catzeflis, 2020).

(1/7)

Chiroptera

L'ordre des Chiroptera regroupe, près de 1 400 espèces de chauves-souris, soit un cinquième des mammifères dans le monde. Il s'agit du groupe le plus important après celui des Rodontia (Rongeurs). Ce sont les seuls mammifères doués du vol actif  (à distinguer du vol plané pratiqué par les  écureuils volants, les phalangers et les galéopithèques).  Les métacarpes et les phalanges du deuxième au cinquième doigt sont très allongés. Ils forment la structure de l'aile dont la surface portante de l'aile (ou patagium) est un repli de peau. Le tissu qui forme l'aile des chiroptères est l'un de ceux qui se régénère le plus rapidement dans tout le règne animal. Sa forte vascularisation permet la régulation thermique par contact avec l'air lors de l'activité. Le vol des chauves-souris serait encore plus efficient et sobre en consommation d'énergie que celui des oiseaux (moindre consommation d'oxygène) comparables en taille ou type de vol. Le pouce n'est pas compris dans le patagium et est pourvu d'une griffe. La membrane située entre le talon, l'extrémité de la queue et le bassin,  que l'on nomme uropatagium, peut servir, lorsqu'elle est large, à attraper les insectes ou accueillir les petits pendant la mise bas. Comme chez les oiseaux, le sternum forme une crête (le bréchet) où s'insèrent de puissants muscles pectoraux. Les chiroptère  communiquent en grande partie dans un spectre non accessible à l'oreille humaine (ultra-sons) participant aussi à l'écholocation ; Les sons émis sont propres à chaque espèce. Parmi les 197 espèces de mammifères de Guyane, 100 sont des chauves-souris. A titre de comparaison, avec une superficie de l'ordre de 1/6 de celle de la France métropolitaine, la Guyane compte 3 fois plus d'espèces de chauves-souris que l'Eurasie tempérée tout entière. Ces mammifères jouent un rôle prépondérant dans la dynamique des écosystèmes guyanais sans commune mesure avec celle qu'on leur connait dan les régions tempérées. En effet, dans ces dernières, l'évolution n'a produit que des  espèces insectivores, alors que l'Amérique tropicale à également donnée naissance à des chauves-souris carnivores, piscivores, hématophages, pollinivores, et frugivores. De nombreuses espèces d'arbres, de lianes, et de plantes herbacées dépendent des chiroptères nectarivores et pollinivores pour féconder leur fleurs, et surtout des frugivores pour disperser les graines contenues dans leurs fruits. Les chiroptères de Guyane sont répartie dans 10 familles.

Pour en savoir plus : Pierre Charles-Dominique, André Brosset, Sylvie Jouard, Muséum national d'Histoire naturelle (Collection Patrimoines Naturels, Vol. 49), Les chauves-souris de Guyane, 2001, 172 pages.


Emballonuridae

(3/14)

Phyllostomidae

Phyllostomidae - Desmodontinae

(Desmodus rotundus) et (Diaemus youngii)

(0/2)

Phyllostomidae - Glossophaginae

(Anoura caudifer), (Anourageoffroyi), (Choeroniscus minor), (Glossophaga soricina) et (Lichonycteris degener).

(0/5)

Phyllostomidae - Lonchophyllinae

(Lionycteris spurrelli) et (Hsunycteris thomasi).

(0/2)

Phyllostomidae - Phyllostominae

(X/27)

Phyllostomidae - Carolliinae

(Carollia brevicauda), (Carollia perspicillata) et (Rhinophylla pumilio).

(0/3)

Phyllostomidae - Stenodermatinae

(X/20)

Mormoopidae

(Pteronotus gymnonotus), (Pteronotus personatus), (Pteronotus rubiginosus) et (Pteronotus alitonus).

(0/4)

Noctilionidae

(Noctilio albiventris) et (Noctilio leporinus).

(0/2)

Furipteridae

(Furipterus horrens).

(0/1)

Thyropteridae

(Thyroptera discifera) et (Thyroptera tricolor).

(1/2)

Natalidae

(Natalus tumidirostris).

(0/1)

Molossidae

(0/14)

Vespertilionidae

(Eptesicus chiriquinus), (Eptesicus furinalis), (Lasiurus atratus), (Lasiurus blossevillii), (Lasiurus ega), (Lasiurus egregius), (Myotis albescens), (Myotis nigricans) et (Myotis riparius).

(0/9)

Carnivora


felidae (Jaguar, Puma, Ocelot, Oncille et Jaguarundi)

On dénombre 6 félins dans le département : le Jaguar (Panthera onca), le Puma (Puma concolor), l'Ocelot (Leopardus pardalis), l'Oncille (Leopardus tigrinus), le Margay ou Chat margay (Leopardus wiedii) et le Jaguarundi (Puma yagouaroundi). Le Jaguar qui est le plus grand félin de Guyane présente une forme mélanique. L'Oncille est le plus petit mais aussi le plus rare et son observation reste exceptionnelle.

(4/6)

canidae (Renard des savanes & Chien des buissons)

Cette famille compte 2 représentants en Guyane : le Renard des savanes (Cerdocyon thous) et le Chien des buissons (Speothos venaticus). Les chances d'observer ces espèces rares et discrètes dans le département sont très réduites.

(1/2)

mustelidae

Mustelidae - Martinae (Tayra)

En Guyane, la sous-famille des Martinae est uniquement représentée par la Tayra (Eira barbara).

(1/1)

Mustelidae - Galictidinae (Grison)

En Guyane, la sous-famille des Galictidinae est uniquement représentée par  le Grison (Galictis vittata).

(1/1)

Mustelidae - Lutrinae (Loutres)

Deux espèces de loutres sont présentes dans la région : la Loutre géante (Pteronura brasiliensis) et la Loutre à longue queue (Lontra longicaudis ).

(1/2)

Procyonidae

(Nasua nasua), (Potos flavus) et (Procyon cancrivorus).

(0/3)

Perissodactyla

Les Périssodactyles sont un ordre de mammifères ongulés possédant un nombre impair de doigts aux membres postérieurs. Le poids du corps est supporté par le doigt médian.


Tapiridae (Tapirs)

On connais actuellement 5 espèces de tapirs dans le monde : 4 en Amérique du sud et une en Asie du sud-est. La Guyane en accueille 1 espèces : le Tapir terrestre (Tapirus terrestris). Les connaissances des populations locales et des documents photographiques suggèrent qu'une seconde espèce, décrite en 2013 (Tapirus kabomani), pourrait être présente dans l'ouest du département (Cozzuol MA, Clozato CL, Holanda C, Rodrigues FHG, Nienow S, de Thoisy B, Redondo RAF, Santos FR., A new species of tapir from the Amazon, Journal of Mammalogy, 94(6):1331–1345, 2013).

(1/1)

Cetartiodactyles

Ordre qui rassemble les Artiodactyla (Artiodactyles) et les Cetacea (Cétacés). La définition traditionnelle est la suivante : ordre de mammifères ongulés possédant un nombre pair de doigts (2 ou 4). Ainsi, l'axe des membres postérieurs passe entre les doigts III et IV (cette disposition est appelée paraxonie).


Tayassuidae (Pécaris)

Les membres de cette famille sont appelés pécaris. Tous vivent sur le continent américain. On connait actuellement 3 espèces de pécaris et 2 d'entre elles sont présentes en Guyane : le Pécari à collier (Pecari tajacu) et le Pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari).

(2/2)

Cervidae (Daguets et Cerf)

La Guyane accueille 3 espèces de cervidés : le Daguet rouge (Mazama americana), le Daguet gris (Mazama nemorivaga), la Biche des palétuviers ou Cariacou (Odocoileus cariacou).

(1/3)

Mysticeti

Mysticètes en français ou cétacés à fanons, ou encore vraies baleines, forment un des 2 sous-ordres de cétacés.

Balaenopteridae (Rorquals)

Le Rorqual boréal (Balaenoptera borealis), le Rorqual tropical (Balaenoptera edeni), le Rorqual bleu (Balaenoptera musculus), le Rorqual commun (Balaenoptera physalus) et le Rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae).

(1/5)

Odontoceti

Odontocètes en français ou cétacés à dents, constituent l'un des deux sous-ordres des cétacés.

Delphinidae

La famille des Delphinidae est rassemblent 34 espèces dans le monde. 

( 4/14)

Physeteridae (cachalots)

Les cachalots sont représentés par 3 espèces dans le monde : le Cachalot nain (Kogia simus), le Cachalot pygmée (Kogia breviceps) et le Grand  Cachalot (Physeter macrocephalus).

(1/3)

ZIPHIIDAE (Mésopodon & Ziphius)

Le Mésoplodon (Mesoplodon sp.) et le Ziphius ou Baleine à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris).

(0/2)