Lézard des souches

Lacerta agilis (Linnaeus, 1758)


Lézard des souches — Lacerta agilis (Linnaeus, 1758)
  • LMC : 9 cm (mâle adulte (maxi.))
  • LT : 24 cm (mâle adulte (maxi.))

LMC : Longueur museau-cloaque (sans la queue) ; LT : Longueur totale.


Données de présence en France métropolitaine

©faune-flore.fr / ©Julien Bonnaud - Tous droits réservés - Sources : INPN (2003-2024) - Cartographie : Julien Bonnaud, 2024


Liste rouge française des espèces menacées


Liste rouge européenne des espèces menacées


Statut de protection en France métropolitaine

Espèce protégée au titre de l'article L411-1 du code de l'environnement et mis à jour par l'arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l'ensemble du territoire national et les modalités de leur protection


JORF n°0036 du 11 février 2021

Diagnose

D’aspect trapu, le Lézard des souches présente une bande dorsale brune plus ou moins tachetée de blanc. Une rangée d'ocelle blanc longe cette bande dorsale sur le haut des flancs. Les mâles ont les flancs, le cou et la tête et parfois même le dos à dominante verte. Les femelles sont entièrement marron. Le ventre peut être vert, blanc ou beige ponctué de noir. Les juvéniles sont entièrement marron avec des ocelles clairs sur le dos.


Habitat

Le Lézard des souches peut atteindre 2330 m d'altitude. Il fréquente généralement des habitats aux sols meubles et se rencontre dans les landes, les lisières forestières, les sous-bois alluviaux, les tourbières et les collines sèches.


Éléments d'écologie / biologie / phénologie

La reproduction débute au mois d'avril jusqu'à juin. Le mâle pratique un comportement de garde partenaire qui vise à empêcher l'accouplement de la femelle par d'autres mâles : Une fois l'accouplement terminé, le mâle reste plusieurs jours à proximité de la femelle et chasse tous les rivaux qui tente de s'accoupler. Les femelle déposent de 5 à 14 œufs dans un terrier creusé par ses soins mais peut aussi pondre dans une anfractuosité ou un tas de compost.


Références

Articles & ouvrages :

  • Cox, N.A. and Temple, H.J. (2009). European Red List of Reptiles. Luxembourg : Office for Official Publications of the European Communities.
  • UICN France, MNHN & SHF (2015). La Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Reptiles et Amphibiens de France métropolitaine. Paris, France.
  • Lescure J. & Massary de J.-C. (coords) (2012). Atlas des amphibiens et reptiles de France. Biotope, Mèze : Muséum national d’Histoire naturelle, Paris (collection Inventaire & biodiversité), 272 p.
  • Sansault E. (2021). Plan régional d’actions en faveur du Lézard des souches (Lacerta agilis Linnæus, 1758) – 2022-2031. Association Naturaliste d’Étude et de Protection des Écosystèmes CAUDALIS, DREAL Centre-Val de Loire, Société Herpétologique de France. 64 p.
  • Speybroeck J., Beukema W., Bok B., Van der Voort J., Velikov I. (2018). Guide Delachaux des amphibiens et reptiles de France et d'Europe. delachaux et niestlé, Paris, 432 p.
  • Vacher J. -P & Geniez M. (coord) (2010). Les reptiles de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 544 p.

Sites web :



Photographies