Mammifères de France métropolitaine


 La France métropolitaine rassemble 156 espèces de mammifères, tous statut confondus, dont 122 espèces de mammifères continentaux et 34 espèces de mammifères marins. La liste des mammifères continentaux est ici issue de La Liste rouge des espèces menacées en France – Mammifères de France métropolitaine, 2017, de l'IUCN et la liste des mammifères marins est issues d'une publication de l'IFREMER, réalisée en partenariat avec plusieurs organismes de recherche : Caractéristiques biologiques - biocénoses état biologique mammifère marins, 2012. L’arrangement taxonomique de cette page suit celui de Wilson et Reeder (2005), sauf révisions systématiques postérieures. La nomenclature suit celle de l'Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN). Pour en savoir davantage sur les mammifères continentaux de France métropolitaine : Société Française pour l’Étude et la Protection des Mammifères (SFEPM).


Diprotodontia


Macropodidae

Avec 54 espèces réparties dans 11 genres les Macropodidae forment la deuxième plus grande famille de marsupiaux après les Didelphidae. Tous vivent en Australie, en Nouvelle-Guinée et dans les îles proches. Ce sont des mammifères de taille moyenne à grande (0,5 à 90 kg), présentant une posture plantigrade. Les pieds sont longs, étroits et les membres postérieurs sont puissants. Le quatrième orteil du pied arrière est le plus long et le plus fort. Il se situe dans le prolongement des éléments principaux des membres et transmet la poussée pour le saut (cet orteil est aussi légèrement réduit chez les wallabies et les kangourous arboricoles). L'orteil extérieur (cinquième) est également grand. Comme tous les membres de leur ordre (et les Peramelemorphia), les Macropodidae sont syndactyles, c'est-à-dire que les deuxième et troisième orteils sont fusionnés sur la plus grande partie de leur longueur, mais se terminent par des clous séparés utilisés pour le toilettage. Le hallux est grandement réduit ou (généralement) absent. La queue est longue et lourde chez la plupart des espèces, mais elle n'est pas préhensile. Elle est utilisée comme organe d'équilibre ou de stabilisation. (Sources : Myers, P. 2001. "Macropodidae" (On-line), Animal Diversity Web. Accessed June 01, 2019 at https://animaldiversity.org/accounts/Macropodidae/). Le Wallaby de Bennett Macropus rufogriseus (Desmarest, 1817) est le seul Macropodidae "sauvage" présent dans la région du paléarctique occidental. L'espèce à été introduite en Écosse (Loch Lomond) et en France (forêt de Rambouillet).

(1/1)

Rodentia (Rongeurs)

Les rongeurs sont caractérisés par leur denture : une paire de grandes incisives à l'extrémité de chaque mâchoire, 2 à 5 dents masticatrices (prémolaires et molaires) en arrière de la bouche, séparées des incisives par un espace sans dents nommé diastème.  Les incisives à croissance continue, sont recouvertes d'un émail résistant de couleur jaune à orange brun sur la face externe.


Sciuridae (Écureuils, Marmottes & Tamia)

La famille des Sciuridae rassemble 58 genres et environ 285 espèces dans le monde dont 4 sont notamment présentes en France métropolitaine : l’Écureuil roux Sciurus vulgaris Linnaeus, 1758, l’Écureuil à ventre rouge ou Écureuil de Pallas Callosciurus erythraeus Pallas, 1779, la Marmotte des Alpes Marmota marmota (Linnaeus, 1758), et le Tamia de Sibérie Tamias sibiricus (Laxmann, 1769). L’Écureuil roux est une espèce indigène. L’Écureuil à ventre rouge, est originaire de l’est de l’Asie et a été introduit à la fin des années 1960 sur le Cap d’Antibes (Alpes-Maritimes). Une autre population, installée depuis le début des années 2000, a été localisée sur la commune d'Istres (Bouches-du-Rhône). Le Tamia de Sibérie est originaire d'Asie et a été introduit en Europe dans las années 1960, à partir d'individus échappés ou volontairement  lâchés. Pour en savoir davantage : Les écureuils en France (MNHN, 2012). La Marmotte des Alpes est une espèce indigène qui avait disparue des Pyrénées à la fin de la dernière période glaciaire. Elle ne subsistait plus que dans les Alpes et a été réintroduite avec succès dans les Pyrénées.

(2/4)

Gliridae

Gliridae - Glirinae (Loir gris)

En France métropolitaine, la sous-famille des Glirinae est représentée par une unique espèce, le Loir gris ou Loir Glis glis (Linnaeus, 1766).

(0/1)

Gliridae - Leithiinae (Lérot & Muscardin)

En France métropolitaine, la sous-famille des Leithiinae est représentée par 2 espèces : le LérotEliomys quercinus (Linnaeus, 1766) et le MuscardinMuscardinus avellanarius (Linnaeus, 1758).

(0/2)

Cricetidae

La famille des Cricetidae rassemble 15 espèces en France métropolitaine.

Cricetidae - Cricetinae (Grand hamster)

Le Grand hamster Cricetus cricetus (Linnaeus, 1758) est le seul représentant des Cricetinae dans la région. En France, l'espèce n'est présente qu'en Alsace.

(0/1)

Cricetidae - Arvicolinae (Campagnols & Rat musqué)

Le Campagnol amphibieArvicola sapidus Miller, 1908, le Campagnol terrestreArvicola terrestris (Linnaeus, 1758), le Campagnol fouisseurArvicola scherman (Shaw, 1801), le Campagnol des neigesChionomys nivalis (Martins, 1842), le Campagnol roussâtreClethrionomys glareolus (Schreber, 1780), le Campagnol agresteMicrotus agrestis (Linnaeus, 1760), le Campagnol des champsMicrotus arvalis (Pallas, 1778), le Campagnol provençalMicrotus duodecimcostatus (de Sélys-Longchamps, 1839), le Campagnol basqueMicrotus lusitanicus (Gerbe, 1879), le Campagnol de FatioMicrotus multiplex (Fatio, 1905), le Campagnol des PyrénéesMicrotus pyrenaicus (de Sélys-Longchamps, 1847), Campagnol de Savi – Microtus savii (de Sélys-Longchamps, 1838), le Campagnol souterrainMicrotus subterraneus (de Sélys-Longchamps, 1836) et le Rat musquéOndatra zibethicus (Linnaeus, 1766). Ce dernier est originaire d'Amérique du nord et a été introduit en Europe au 19ième siècle pour sa fourrure.

(2/15)

Muridae (Mulots, Souris, Rats)

La famille des Muridae  rassemble environ 250 genres et plus de 1 150 espèces dans le monde dont 8 sont notamment présentes en France métropolitaine : le Mulot à collier Apodemus flavicollis (Melchior, 1834), le Mulot sylvestre Apodemus sylvaticus (Linnaeus, 1758), le Mulot alpestre Apodemus alpicola Heinrich, 1952, le Rat des moissons Micromys minutus (Pallas, 1771), la Souris grise Mus musculus Linnaeus, 1758, la Souris d'Afrique du Nord Mus spretus Lataste, 1883, le Rat noir Rattus rattus (Linnaeus, 1758) et le Rat surmulot Rattus norvegicus Heinrich, 1952.

(3/8)

Myocastoridae (Ragondin)

Le Ragondin Myocastor coypus (Molina, 1782), est la seule espèce au monde représentant la famille des Myocastoridae. Cette espèce est originaire d'Amérique du sud et à été introduite en Asie, en Afrique orientale, en Amérique du nord et en Europe pour l'exploitation de sa fourrure. Pour en savoir plus sur cette espèce :  Centre de Ressources Espèces Exotiques Envahissantes de l'Agence Française pour la Biodiversité.

(1/1)

Castoridae (Castor d'Eurasie)

Les Castoridae sont une famille monogénérique représentée par 2 espèces dans le monde : le Castor du Canada Castor canadensis Kuhl, 1820, présent depuis le Canada jusqu'au Mexique et introduit en Finlande, et le Castor d'Eurasie ou Castor d'Europe Castor fiber Linnaeus, 1758, notamment présent en France métropolitaine.

(1/1)

Lagomorpha (Lagomorphes)

Les lagomorphes se distinguent des rongeurs par une denture présentant 2 paires d'incisives portées par la mâchoire supérieure (dont une paire déciduales à croissance continue, et une paire définitives plus petites situées à l'arrière des premières) ainsi qu'une adaptation particulière à la digestion de la cellulose : la cæcotrophie.  Ce comportement permet une digestion complète des aliments après un second passage dans le tube digestif. A la fin du premier transit, l’animal ingère ses propres excréments solides, appelés cæcotrophes, de façon à en extraire les éléments qui n’ont pas pu être assimilés lors du premier passage (nutriments et micro-organismes).


Leporidae (Lièvres & Lapins)

En France métropolitaine, la famille des Leporidae rassemble 2 genres et 5 espèces : le  Lièvre de Corse Lepus carsicanus de Winton, 1898, le Lièvre d'Europe Lepus europaeus Pallas, 1778, le Lièvre ibérique Lepus granatensis Rosenhauer, 1856, le Lièvre variable Lepus timidus  Linnaeus, 1758, et le Lapin de garenne Oryctolagus cuniculus (Linnaeus, 1758). Les lièvres sont en général plus grands que les lapins, ont un comportement solitaire et nichent au sol. La hase donne naissance à des levreaux couverts de poils, possédant des yeux ouverts et capables de courir quelques minutes après leur naissance. Les lapins ont une silhouette moins élancée. Ils vivent en colonie et creusent des terriers. Ils naissent nus et aveugles.

(2/5)

Chiroptera

L'ordre des Chiroptera regroupe, près de 1 400 espèces de chauves-souris, soit un cinquième des mammifères dans le monde. Il s'agit du groupe le plus important après celui des Rodontia (Rongeurs). Ce sont les seuls mammifères doués du vol actif  (à distinguer du vol plané pratiqué par les  écureuils volants, les phalangers et les galéopithèques).  Les métacarpes et les phalanges du deuxième au cinquième doigt sont très allongés. Ils forment la structure de l'aile dont la surface portante de l'aile (ou patagium) est un repli de peau. Le tissu qui forme l'aile des chiroptères est l'un de ceux qui se régénère le plus rapidement dans tout le règne animal. Sa forte vascularisation permet la régulation thermique par contact avec l'air lors de l'activité. Le vol des chauves-souris serait encore plus efficient et sobre en consommation d'énergie que celui des oiseaux (moindre consommation d'oxygène) comparables en taille ou type de vol. Le pouce n'est pas compris dans le patagium et est pourvu d'une griffe. La membrane située entre le talon, l'extrémité de la queue et le bassin,  que l'on nomme uropatagium, peut servir, lorsqu'elle est large, à attraper les insectes ou accueillir les petits pendant la mise bas. Comme chez les oiseaux, le sternum forme une crête (le bréchet) où s'insèrent de puissants muscles pectoraux. Les chiroptères  communiquent en grande partie dans un spectre non accessible à l'oreille humaine (ultra-sons) participant aussi à l'écholocation ; Les sons émis sont propres à chaque espèce. La notion de "chiroptère européen" est difficile à cerner car le plus souvent leur distribution géographique s'étend à l'Afrique du nord, au Proche-Orient, et va parfois jusqu'aux confins de l'Asie. Presque toutes les chauves-souris d'Europe sont considérées comme insectivores. Ce régime alimentaire comprend essentiellement des insectes mais aussi des araignées et d'autres petits invertébrés. Les 37 espèces européennes se répartissent en cinq familles : les Rhinolophidae (5 espèces), les Molossidae (1 espèce), les Minioptéridae (1 espèce), les Vespertilionidés (29 espèces), et  les Ptéropodidae (1 espèce). La France métropolitaine rassemble 35 espèces.

 


Rhinolophidae (Rhinolophes)

Les Rhinolophidae regroupent 10 genres et environ 158 espèces dans le monde dont 5 espèces sont notamment présentes en France métropolitaine : le Rhinolophe de Méhely Rhinolophus mehelyi Matschie, 1901, le Rhinolophe euryale Rhinolophus euryale Blasius, 1853, le Grand rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum (Schreber, 1774), et le Petit rhinolophe Rhinolophus hipposideros (Borkhausen, 1797). Ce sont des chiroptères cavernicoles qui possèdent une feuille nasale, des oreilles larges à la base avec une absence de tragus, une queue plus courte ou égale en longueur aux jambes (membres longs), des ailes larges conférant un vol lent et habile,  au repos les ailes enveloppent plus ou moins le corps et des ultrasons sont émis par le nez.

(2/4)

Molossidae

(0/1)

Miniopteridae

(0/1)

Vespertilionidae

(2/29)

Carnivora


Felidae

La famille des Felidae rassemble environ 38 espèces au sein de 2 sous-familles dans le monde : les Felinae, environ 33 espèces et les Pantherinae, environ 5 espèces.  Ce sont des animaux digitigrades qui présentent un court doté d'une mâchoire possédant une trentaine de dents, des griffes rétractiles, à l'exception du chat à tête plate Prionailurus planiceps (Vigors et Horsfield, 1827), (semi-rétractiles) et du Guépard Acinonyx jubatus (Schreber, 1775), (non rétractiles).

Felidae - Felinae (Chats & Lynx)

En France métropolitaine, les Felinae rassemblent 2 espèces : le Chat forestier – Felis silvestris Schreber, 1775,  et le Lynx boréal – Lynx lynx (Linnaeus, 1758).

(2/2)

Viverridae (Genette commune)

En France métropolitaine, la famille des Viverridae est représentée par une unique espèce, la Genette commune Genetta genetta (Linnaeus, 1758). Cette espèce  est d'origine africaine et les individus présents en Europe sont génétiquement proches des souches maghrébines (Gaubert et al., 2009).

(1/1)

Canidae (Loups, Chien viverrin, Renards & Chacal doré)

La famille des Canidae rassemble environ 35 espèces dans le monde dont 4 sont notamment présentes en France métropolitaine : le Loup gris Canis lupus Linnaeus, 1758, le Chien viverrin Nyctereutes  procyonoides (Gray, 1834), le Renard roux Vulpes vulpes (Linnaeus, 1758) et depuis peu, le Chacal doré Canis aureus Linnaeus, 1758.  Ces animaux possèdent un bulbe tympanique non cloisonné des griffes non rétractiles, 5 doigts sur les pattes antérieures et 4 sur les pattes postérieures.

(2/4)

Mustelidae

En France métropolitaine, la famille des Mustelidae rassemble 9 espèces réparties dans 5 sous-familles. Ces mammifères se caractérisent notamment par un corps allongé, des pattes courtes et la présence de glandes sécrétrices développées (de chaque côté de l'anus) qui peuvent dégager une odeur musquée en cas d'attaque.

Mustelidae - Mustelinae (Visons, Putois d'Europe, Hermine, Belette d'Europe)

En France métropolitaine, la sous-famille des Mustelinae rassemble 5 espèces du genre Mustela : le Vison d'Europe Mustela lutreola (Linnaeus, 1760), le Vison d'Amérique Mustela vison Schreber, 1777, le Putois d'Europe Mustela putorius Linnaeus, 1758, l'Hermine Mustela erminea Linnaeus, 1758 et la Belette d'Europe Mustela nivalis Linnaeus, 1766.

(2/5)

Mustelidae - Martinae (Fouine & Martre des pins)

En France métropolitaine, la sous-famille des Martinae est représentée par 2 espèces : la FouineMartes foina (Erxleben, 1777) et la Martre des pinsMartes martes (Linnaeus, 1758).

(0/2)

Mustelidae - Lutrinae (Loutre)

En France métropolitaine, la Loutre d'Europe Lutra lutra (Linnaeus, 1758), est l'unique représentant des Lutrinae.

(1/1)

Mustelidae - Melinae (Blaireau européen)

En France métropolitaine, le Blaireau européen Meles meles  (Linnaeus, 1758), est l'unique représentant des Melinae.

(1/1)

Procyonidae (Raton-laveur)

Le Raton-laveur Procyon lotor (Linnaeus, 1758), est la seule espèce représentant la famille des Procyonidae en France métropolitaine. Cette espèce  introduite dans la région est originaire d'Amérique. Pour en savoir plus sur cet animal :  Centre de Ressources Espèces Exotiques Envahissantes de l'Agence Française pour la Biodiversité.

(1/1)

Ursidae (Ours brun)

En France métropolitaine, la famille des Ursidae est représentée par une unique espèce, l'Ours brun Ursus arctos Linnaeus, 1758. Pour en savoir plus sur l'Ours brun en France : Le Réseau Ours Brun 

(1/1)

Phocidae (Phoques)

La famille des Phocidae rassemble 18 espèces dans le monde dont 3 notamment présentes en France métropolitaine : le Phoque grisHalichoerus grypus (Fabricius, 1791), le Phoque veau-marin ou Phoque communPhoca vitulina Linnaeus, 1758 et le Phoque moine de MéditerranéeMonachus monachus (Hermann, 1779).

(1/3)

Eulipotyphla


Erinaceidae

La famille des Erinaceidae rassemble 2 sous-familles et 24 espèces  dans le monde : les Erinacienae, les hérisson dit "vrais", à piquants avec près de 17 espèces et les Galericinae, inermes, avec environ 8 espèces.

Erinaceidae - Erinaceinae (Hérisson d'Europe)

En France métropolitaine, la famille des Erinaceidae est représentée par une unique espèce, le Hérisson d'Europe  Erinaceus europaeus Linnaeus, 1758.

(1/1)

Talpidae (Desmans des Pyrénées, Taupes)

En France métropolitaine, la famille des Talpidae rassemble 4 espèces : le Desman des Pyrénées Galemys pyrenaicus (É. Geoffroy Saint-Hilaire, 1811), la Taupe aveugle Talpa caeca Savi, 1822, la Taupe d'Aquitaine Talpa aquitania Martinez-Vargas & Hugot, 2017 et la Taupe d'Europe Talpa europaea Linnaeus, 1758.

(1/4)

Soricidae (Crocidures, Crossope, Musaraignes, Pachyure)

La famille des Soricidae rassemble près de 26 genres et environ 368 espèces dont 11 sont notamment présentes en France métropolitaine : la Crocidure leucode Crocidura leucodon (Hermann, 1780), la Crocidure des jardins Crocidura suaveolens (Pallas, 1811), la Crocidure musette Crocidura russula (Hermann, 1780), la Crossope de Miller Neomys anomalus Cabrera, 1907, la Crossope aquatique Neomys fodiens (Pennant, 1771), la Musaraigne couronnée Sorex coronatus Millet, 1828, la Musaraigne pygmée Sorex minutus Linnaeus, 1766, le Pachyure étrusque Suncus etruscus (Savi, 1822), la Musaraigne alpine Sorex alpinus Schinz, 1837, la Musaraigne du Valais Sorex antinorii Bonaparte, 1840 et la Musaraigne carrelet Sorex araneus Linnaeus, 1758.

(1/11)

Cetartiodactyla

Ordre qui rassemble les Artiodactyla (Artiodactyles) et les Cetacea (Cétacés). La définition traditionnelle est la suivante : ordre de mammifères ongulés possédant un nombre pair de doigts (2 ou 4). Ainsi, l'axe des membres postérieurs passe entre les doigts III et IV (cette disposition est appelée paraxonie).


Suidae (Sanglier)

La famille des Suidae rassemble 6 genres et 16 espèces dans le monde. Le Sanglier Sus scrofa Linnaeus, 1758, est l'unique représentant de cette famille en France métropolitaine.

(1/1)

Cervidae (Cerfs, Daim européen & Chevreuil européen)

Les Cervidae rassemblent 16 genres et 39 espèces dans le monde dont 5 sont notamment présent en France métropolitaine : le Cerf élaphe Cervus elaphus Linnaeus, 1758 et sa sous-espèce, le Cerf de Corse Cervus elaphus corsicanus Erxleben, 1777, le Cerf sika Cervus nippon Temminck, 1838, (introduit), le Chevreuil européen Capreolus capreolus (Linnaeus, 1758), et le Daim européen Dama dama (Linnaeus, 1758). Ce sont des ruminants dont les mâles portent des bois  caducs.

(3/4)

Bovidae

Les membres de cette famille se caractérisent notamment par un estomac présentant 4 compartiments, 2 cornes frontales persistantes et creuses, une denture marquée par l'absence d'incisives sur l'os maxillaire et l'absence de canines. 

Caprinae (Isard, Chamois, Mouflons & Bouquetins)

La sous-famille des Caprinae rassemble une trentaine d'espèces dans le monde dont 8 sont notamment présentes en France métropolitaine : l'Isard Rupicapra pyrenaica (Hermann, 1780), le Chamois Rupicapra rupicapra (Linnaeus, 1758) et sa sous espèce, le Chamois de la Chartreuse Rupicapra rupicapra cartusiana Couturier, 1938, le Mouflon d'Arménie Ovis gmelinii Blyth, 1841, le Mouflon à manchettes Ammotragus lervia (Pallas, 1777), le Bouquetin des Alpes Capra ibex (Pallas, 1777) et le Bouquetin ibérique Capra pyrenaica Schinz, 1838.

(4/6)

Odontoceti

Odontocètes en français ou cétacés à dents, constituent l'un des deux sous-ordres des cétacés.

Delphinidae (Dauphins, Lagénorhynques, Globicéphales, Pseudorque & Orque)

La famille des Delphinidae regroupe environ 37 espèces dans le monde dont 13 espèces sont notamment présentes en France métropolitaine : le Dauphin bleu et blancStenella coeruleoalba (Meyen, 1833), le Dauphin tacheté de l'Atlantique Stenella frontalis (Cuvier, 1829), le Grand dauphin commun ou Grand DauphinTursiops truncatus (Montagu, 1821), le Dauphin commun, Dauphin commun à bec court ou Dauphin commun à bec long Delphinus delphis Linnaeus, 1758, le Dauphin de Risso ou GrampusGrampus griseus (G. Cuvier, 1812), le Sténo, Dauphin à bec étroit, Sténo à rostre étroitSteno bredanensis (G. Cuvier in Lesson, 1828), le Lagénorhynque à bec blanc ou Lagénorhynque à rostre blancLagenorhynchus albirostris (Gray, 1846) et le Lagénorhynque à flancs blancs de l'AtlantiqueLagenorhynchus acutus (Gray, 1828), le Globicéphale noirGlobicephala melas (Traill, 1809), le Globicéphale tropicalGlobicephala macrorhynchus Gray, 1846, le Péponocéphale ou Dauphin d'ElectrePeponocephala electra (Gray, 1846), l'Orque ou ÉpaulardOrcinus orca (Linnaeus, 1758), l'Orque naineFeresa attenuata Gray, 1874 et le Pseudorque ou fausse OrquePseudorca crassidens (Owen, 1846).

(6/14)

Physeteridae (Cachalot)

La famille des Physeteridae est monospécifique, uniquement représentée par le Cachalot, Cachalot macrocéphale ou Grand cachalot Physeter macrocephalus Linnaeus, 1758.

(1/1)

Kogiidae (Cachalot pygmée & Cachalot nain)

Cachalot pygmée Kogia breviceps (de Blainville, 1838) et Cachalot nain Kogia sima (Owen, 1866)

(0/2)

Mysticeti

Mysticètes en français ou cétacés à fanons, ou encore vraies baleines, forment un des 2 sous-ordres de cétacés.

Balaenopteridae (Baleines)

En France métropolitaine, les Balaenopteridae qont représentés par 4 espèces : la Baleine de Minke, Rorqual à museau pointu ou Petit rorqual Balaenoptera acutorostrata Lacépède, 1804, le Rorqual boréal ou Rorqual de Rudolphi Balaenoptera borealis Lesson, 1828, le Rorqual bleu, Baleine bleue ou Grand rorqual Balaenoptera musculus (Linnaeus, 1758) et Rorqual commun Balaenoptera physalus (Linnaeus, 1758).

(1/4)

Impacts humains


Mortalité routière