Grenouille rousse

Rana temporaria Linnaeus, 1758


Grenouille rousse — Rana temporaria Linnaeus, 1758

Données de présence en France métropolitaine

©faune-flore.fr / ©Julien Bonnaud - Tous droits réservés - Sources : INPN (2003-2024) - Cartographie : Julien Bonnaud, 2024


Liste rouge française des espèces menacées


Liste rouge européenne des espèces menacées


Statut de protection en France métropolitaine

Espèce protégée au titre de l'article L411-1 du code de l'environnement et mis à jour par l'arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l'ensemble du territoire national et les modalités de leur protection


JORF n°0036 du 11 février 2021

Diagnose

La Grenouille rousse présente une coloration de fond des parties supérieures allant du brun foncé au roux, souvent marquée par des taches sombres irrégulières, avec parfois la présence d'un chevron entre les épaules. Les membres sont marqués par des bandes transversales sombres. Un masque temporal est bien visible de même que les replis latéraux-dorsaux qui se rapprochent de manière caractéristique au niveau du dos. Le ventre est blanchâtre à jaunâtre, souvent marbré  ou tacheté de gris ou de brun. L'aspect général est robuste, avec un museau court et busqué. Le tympan est bien visible (de la taille de l’œil ou plus petit), et les glandes parotoïdes sont peu marquées. La pupille est horizontale et l'iris est doré, parfois parcouru par une bande horizontale brune. Le tympan est bien visible, et les glandes parotoïdes sont discrètes. Les membres sont longs et puissants, adaptés au saut. Les mâles reproducteurs développent des callosités nuptiales sombres sur les pouces des membres antérieurs. Le sac vocal est interne.


Habitat

La Grenouille rousse habite une grande variété de milieux humides, incluant les forêts, les prairies, les marécages, les bords de lacs, les étangs, les rivières et les fossés. Elle est également fréquente dans les zones agricoles et les jardins, notamment ceux avec des plans d'eau. On la trouve du niveau de la mer jusqu'à des altitudes élevées, même au-delà de 2 000 mètres dans les régions montagneuses. Cette espèce préfère les habitats frais et ombragés avec une végétation dense qui offre des abris et des sites de ponte. Elle est largement distribuée en Europe, depuis la péninsule Ibérique jusqu'en Russie, et s'adapte bien aux variations climatiques locales.


Éléments d'écologie / biologie / phénologie

La période d'activité de la Grenouille rousse s'étend de février à octobre. En dehors de cette période, l'espèce entre en hibernation dans des abris terrestres tels que des terriers, sous des pierres, ou dans la litière de feuilles. La reproduction débute après la fonte des neiges, généralement de mars à mai. La femelle pond de 1 000 à 4 000 œufs disposés en amas gélatineux flottants ou fixés à la végétation aquatique. Les œufs éclosent en une à deux semaines, et les têtards se métamorphosent en jeunes grenouilles en deux à trois mois. Les mâles, pendant la saison de reproduction, émettent des appels discrets pour attirer les femelles, mais ils ne possèdent pas de sacs vocaux externes. Les individus reproducteurs se distinguent par des callosités nuptiales sombres sur les pouces des membres antérieurs, facilitant l'accouplement. La Grenouille rousse est principalement active durant le jour et se nourrit d'invertébrés tels que les insectes, les araignées et les vers de terre.


Références

Articles & ouvrages :

  • ACEMAV coll., Duguet R. & Melki F. (2023). Les Amphibiens de France, Belgique et Luxembourg. Parthénope, Biotope. Mèze. 480 p.
  • Lescure J. & Massary de J.-C. (coords) (2012). Atlas des amphibiens et reptiles de France. Biotope, Mèze : Muséum national d’Histoire naturelle, Paris (collection Inventaire & biodiversité), 272 p.
  • Miaud C., Muratet J. (2018). Les amphibiens de France - Guide d'identification des œufs et des larves. Quae, Versailles, 225 p.
  • Nöllert A. & Nöllert C. (2003). Guide des amphibiens d'Europe. delachaux et niestlé, Paris, 383 p.
  • UICN France, MNHN & SHF (2015). La Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Reptiles et Amphibiens de France métropolitaine. Paris, France.
  • Temple H.J. & Cox, N.A (2009). European Red List of Amphibians. Luxembourg : Office for Official Publications of the European Communities, 31 p.

Sites web :

  • MNHN & OFB [Ed]. 2003-2024. Fiche de Rana temporaria Linnaeus, 1758. Inventaire national du patrimoine naturel (INPN). Site web : https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/351 - Le 15 juillet 2024


Photographies