Couleuvre à capuchon occidentale

Macroprotodon brevis (Günther, 1862)


  • LT : 65 cm (maxi.)

LT : Longueur totale.


Aire de répartition (paléarctique occidental)


Liste rouge mondiale des espèces menacées


Liste rouge européenne des espèces menacées


Diagnose

La Couleuvre à capuchon occidentale présente une couleur de fond des parties supérieures grise ou brune. Elle est marquée par une série de tâches vertébrales sombres et diffuses. La tête et la nuque sont plus contrastées et présentent un collier ainsi qu'une tâche sombre part de l’œil et rejoint la commissure de la gueule. Ces motifs sont variables et dans certains cas, la tête peut être entièrement sombre. Le ventre est blanchâtre, jaune ou rose et marqué par un motif de tâches sombres disposées en damier grossier. La tête est longue, latéralement comprimée et présente un museau court.


Habitat

La Couleuvre à capuchon occidentale atteint 1 500 m d'altitude en Espagne. L'espèce exploite une grande diversité d'habitats chauds et rocheux sur substrat limoneux ou sableux comme les steppes rocailleuses, les pentes rocheuses couvertes de maquis ou de garrigue ou encore les forêts claires. On la rencontre également dans des milieux anthropisés tels que les vergers et les jardins pourvus de murets en pierres sèches ou de ruines.


Éléments d'écologie / biologie / phénologie

La période d'activité s'étend de février à novembre. Les accouplement ont lieu entre mars et mai. Les femelles pondent jusqu'à 7 œufs entre juin et juillet. La Couleuvre à capuchon occidentale est préférentiellement crépusculaire et nocturne. L'alimentation se compose pour moitié de reptiles (Lézards, geckos  et amphisbènes), mais aussi oisillons et micromammifères. C'est une espèce opisthoglyphe (possède dans la partie postérieure de son maxillaire un ou plusieurs crochets à venin), sans danger pour l'homme.


Références

Articles et ouvrages :

  • Cox, N.A. and Temple, H.J. (2009). European Red List of Reptiles. Luxembourg : Office for Official Publications of the European Communities.
  • Speybroeck J., Beukema W., Bok B., Van der Voort J., Velikov I. (2018). Guide Delachaux des amphibiens et reptiles de France et d'Europe. delachaux et niestlé. 432 p.

Sites web :