Flore d'Europe


Les limites géographiques de cette rubrique concerne la région du paléarctique occidental. Elle couvre la partie occidentale de l’écozone paléarctique, à savoir l’Europe, l’Afrique du Nord, jusqu’au Sahara central (Hoggar et Tibesti inclus), et le Moyen-Orient, ainsi que les Açores, Madère, les Canaries, les îles du banc d’Arguin (Mauritanie) et les îles du Cap-Vert.


bryophyta

Pris au sens large les bryophyta regroupent trois embranchements de plantes terrestres qui ne possèdent pas de vrai système vasculaire : les Hpaticophyta, les Anthocerotophyta et les Bryophyta.


Bryophyta

L'embranchement des Bryophyta ne concerne que les mousses au sens strict. Ce sont des végétaux dont la structure est simple, peu d'organes sont clairement différenciés, on parle d'une structure « thalloïde » ; les feuilles sont simples (une à trois couches de cellules) et avec des stomates, la tige ne possède pas de tissus conducteurs comparables à ceux des plantes à graines (Spermatophytes) ni même des fougères, et il n'y a pas de racines mais des rhizoïdes servant à l'ancrage. Les Bryophyta se développent par division d'une seule cellule à l'extrémité de chaque organe végétatif ou reproducteur.


Dicranales

Ditrichaceae

Hypnales

Pylaisiaceae

En cours d'identification

Tracheophyta

Les Trachéophyta ou Trachéobiontes, appelées aussi plantes vasculaires associent différentes divisions : les Lycophyta (isoëtes, lycopodes et sélaginelles), les Monilophytes (fougères et prêles), les Gymnospermes (Conifères, Cycas, Gingko, etc.) et les Angiospermes (plantes à fleurs). Les caractères principaux sont l'existence de racines et la présence de vaisseaux assurant la circulation de la sève.

Filicophyta (fougères)

Les Filicophyta regroupe l'ensemble des fougères. Du point de vue morphologique, le sporophyte des fougères présente une assez grande diversité. Certaines espèces arborescentes peuvent dépasser 20 m de hauteur et leur stipe ne présente pas de croissance secondaire en épaisseur. Le gamétophyte est une génération indépendante, qui prend la forme d'une lame aplatie de taille réduite, appelée prothalle et qui disparaît au cours de la croissance du sporophyte. La plupart des fougères actuelles sont isosporées, c'est-à-dire que le sporophyte ne donne qu'une seule sorte de spores asexuées qui, après germination, produisent le prothalle asexué portant des organes reproducteurs sexués : archégone  (femelles) et anthéridies mâles. De la fécondation des archégones naît le sporophyte. Le sporophyte produit des macrospores femelles, produisant des gamétophytes femelles porteurs d'archégones, et des microspores mâles, produisant des gamétophytes mâles porteurs d'anthéridies.


Polypodiales

L'ordre des Polypodiales regroupe plus de 80 % des espèces de fougères.

Aspleniaceae

La famille des Aspleniaceae regroupe environ 700 espèces de fougères dans le monde. Ce sont des fougères de taille souvent réduite, terrestres, rarement épiphytes. Les frondes sont simples et indivisées ou lobées ou 1-3-pennées, à vernation circinées ; les veines sont libres ou rarement anastomosées.

Polypodiaceae

La famille des Polypodiaceae regroupe environ 1 000 espèces de fougères et près de 50 genres. Ce sont souvent des épiphytes ou épilithes. Elles sont le plus souvent présentes dans les  forêts des régions chaudes ou tempérées et humides. Le rhizome est généralement rampant, rarement érigé, souvent ramifié, ce qui multiplie le nombre de rosettes de frondes. Ces dernières, généralement persistantes, sont simples, ou diversement découpées, et enroulées en crosse à l'état vernal (préfoliaison circinée).

Blechnaceae

Gymnosperma

Les Gymnosperma sont un sous-embrachement des Spermaphytes (plantes à graines). Ce sont des plantes ligneuses (arbustes, arbrisseau ou arbres) dont l'ovule est libre (non inclue dans un ovaire, contrairement aux Angiosperma) et porté par des pièces foliaires groupées sur un rameau fertile : le cône. Les fleurs sont toujours unisexuées. Les Gymnosperma sont particulièrement abondantes dans les régions froides où elles deviennent  largement dominantes, grâce à diverses adaptations à la sécheresse et au froid : beaucoup possèdent des feuilles aciculaires ( « aiguilles » ), (limitent la surface d'évapotranspiration de la plante), la cuticule est épaisse, les stomates sont enfoncés dans des puits ou des sillons, en période hivernale on observe un endurcissement (fermeture des stomates, épaississement des tissus). La permanence du feuillage permet au  printemps une assimilation rapide sans attendre le développement de nouvelles aiguilles, qui serait préjudiciable pour une saison végétative courte.


Ephedrales

L'odre des Ephedrales, représenté par la famille des Ephedraceae rassemble environ 40 espèces du genre Ephedra dans le monde.

Ephedrales - Ephedraceae

Les Ephedraceae sont des arbustes persistants, plus rarement des plantes herbacées vivaces, xérophytiques. Les tige ligneuses, souvent enterrée, porte des rameaux aériens opposés ou verticillés, grêles, souvent cassants aux nœuds où sont insérées deux, trois ou quatre feuilles réduites à des écailles engainantes. Les feuilles sont généralement rapidement caduques, et ne remplissent pas leur fonction photosynthétique. Les stomates sont haplochéiles (une seule paire de cellules, caractère primitif). Le bois comporte, en plus des trachéides aréolées typiques des Gymnospermes, des vaisseaux, éléments constitutifs du bois des Angiospermes. Le liber est constitué uniquement de tubes criblés, sans cellules compagnes. Les plantes  sont généralement dioïques, plus rarement monoïques. L'inflorescence est généralement unisexuée, parfois hermaphrodite. Les fleurs mâles sont groupées en cônes solitaires ou fasciculés et axillaires. Les cônes femelles sont verticillés par 2-4 et axillaires. Chacun possède des bractées conniventes arrangées en 2-10 paires décussées ou verticillées par 3, devenant rouges et charnues à maturité. Les Ephedraceae contiennent un alcaloïde particulier, l'éphédrine.

Pinales

Pinales - Cupressaceae

Pinales - Pinaceae

Angiosperma (plantes à fleurs)


Paléo-plantes

Le groupe des Paléo-plantes rassemble des familles présentant des caractères archaïques, en particulier un pollen uniaperturé.


Magnoliides

Les Magnoliides rassemble 4 ordres de plantes aromatiques, souvent ligneuses, à pollen uniaperturé ou parfois inaperturé : les Magnolales, les Laurales, les Cannellales et les Piperales.

Magnoliides - Piperales

L'ordre des Piperales rassemble des plantes herbacées aromatiques, terrestres, à port dressé ou lianescent, apérianthées ou apétales.

Piperales - Aristolochiaceae

Les Aristolochiaceae sont une famille de plantes regroupant 8 à 10 genres et environ 600 espèces (dont 500 pour le seul genre Aristolochia), réparties essentiellement dans les régions tropicales et chaudes. Ce sont des plantes herbacées, vivaces par des rhizomes, ou arbustives, ou encore lianescentes. Les feuilles sont alternes, simples, entières, à limbe développé et souvent cordiforme. Les fleurs sont soit solitaires, soit regroupées en cyme ou parfois en grappe. Le périanthe, bien développé est constitué de 3 sépales, presque toujours soudés en un tube pétaloïde plus ou moins allongé, en forme de cornet zygomorphe. Il n'y a alors plus de pétales. Le fruit est souvent une capsule à déhiscence septicide, rarement un follicule.

Monocotyledones (Liliopsida)

Les Monocotylédones sont des Angiospermes à un seul cotylédon ; mais surtout, leur pollen est uniaperturé comme chez les Paléo-plantes.


I. Monocotylédones archaïques

Ce sont les Monocotylédones essentiellement aquatiques, à grandes feuilles dont la nervation est réticulée, à fleurs souvent petites, parfois sans périanthe, et dont les carpelles sont indépendants, autant de caractères considérés comme ancestraux. Deux ordres constituent cet ensemble : les Acorales et les Alismatales.

Monocotylédones archaïques - Alismatales

L'ordre des Alismatales regroupe toute les autres familles archaïques des Monocotylédones, environ une quinzaine.

Alismatales - Butomaceae

L'ordre des Alismatales regroupe désormais toutes les autres familles archaïques des Monocotyledones, au nombre d'une quinzaine. Butomaceae est une famille monospécifique avec Butomus umbellatus, grande herbe eurasiatique et introduite en Amérique du Nord. C'est un hélophyte vivace par un rhizome, à tige cylindrique dressée de 1m de hauteur, nue, avec, regroupées à la base, de grandes feuilles rubanées et tranchantes. L'inflorescence est une cyme ombelliforme. Les fleurs sont actinomorphes, hermaphrodites et trimères. La fructification est formée de 6 follicules pourpres.

Alismatales - Araceae

Les Araceae constituent une très vaste famille, avec plus de 100 genres et au moins 2 500 espèces, essentiellement des régions tropicales et subtropicales. Il s'agit d'herbes pouvant atteindre de grandes tailles, et qui illustrent une grande variété de types biologiques (des plantes terrestres à port de phanérophytes lianescents, des géophytes et des hydrophytes flottantes ou pleustophytes ou enracinés). Les Araceae sont vivaces par des tubercules ou des rhizomes, et peuvent présenter aussi des racines aériennes adventives, ou absorbantes, ou encore des racines-échasses. On rencontre aussi des plantes plus petites, flottantes à la surface des eaux. Les feuilles sont radicales ou caulinaires, avec pétiole et gaine, simples ou comosées, penninerves ou palmatinerves.  On constate la présence fréquente de raphides d'oxalate de calcium dans tous les tissus, des laticifères, des canaux à résine, des cellules à mucilage et des cellules à essence. L'inflorescence est un épi renflé serré, nommé spadice, entouré d'une spathe foliacée. Les fleurs sont généralement hermaphrodytes ou monoïques, exceptionnellement distiques. Le fruit est souvent une baie charnue, plus rarement un akène.

II. Monocotylédone supérieures

Ces Monocotyledones présentent des éléments foliacés généralement angustifoliés, à nervation parallèle. Deux ensembles se séparent : "Liliiflores" et Commelinides.

"Liliiflores"

Ce groupe rassemble les monocotylédones supérieures à fleur de grande taille ; périanthe constitué de tépales à peu près identiques ; vaisseaux absent ou imparfaits  et en général et albumen protéagineux ou à chaînes d'hémicellulose.

Monocotylédone supérieures - Liliales

L'ordre des Liliales regroupe les "Liliiflores" présentant une absence de spadice au niveau de l'inflorescence, une présence exceptionnelle de vaisseaux, une absence de raphides d'oxalate de calcium (en général) et un ovaire presque toujours supère.

Liliales - liliaceae

Les Liliaceae au sens strict comprennent de 430 à 490 espèces de l'hémisphère nord, réparties en 10 ou 11 genres selon si on y intègre ou non le genre Calochortus (qui rassemble une soixantaine d’espèces nord-américaines). Ce sont des herbes vivaces, ici des géophytes à bulbes, avec parfois la base de la partie aérienne plus ou moins lignifiée. Les feuilles sont alternes, ou rarement opposées, rubanées. Les inflorescences sont souvent des grappes ou des cymes, plus rarement des fleurs solitaires. La fleur est régulière, bisexuée et hypogyne. Le fruit est une capsule à déhiscence généralement loculicide.

Liliales - Smilacaceae

Les Smilacaceae constituent une famille principalement représentée dans les régions tropicales et chaudes avec 2 genres, Smilax et Heterosmilax, et environ 311 espèces dont 300 pour le genre Smilax.  Ce sont des plantes lianescentes ou à port d’arbrisseaux. Elles sont vivaces par un rhizome. L'appareil végétatif est parcouru par des vaisseaux parfaits et les racines sont mycorhizées. Les feuilles sont alternes, avec un limbe élargi présentant 3 à 7 nervures incurvées et convergentes vers la pointe. Les fleurs sont soit solitaires, soit en inflorescence axillaire ou terminale. Le fruit est une baie contenant un nombre variable de graines.

Monocotylédone supérieures - Asparagales

L'odre des Asparagales regroupe les "Liliiflores" présentant des vaisseaux, souvent, des raphides d'oxalate de calcium, un ovaire supère ou infère, des fleurs bisexuées et des feuilles souvent angustifoliées.

Asparagales - Alliaceae

Asparagales - Amaryllidaceae

Les Amaryllidaceae, ici isolée des Alliaceae, rassemblent 65 genres et environ 750 espèces des régions tropicales et chaudes d'Europe, d’Afrique et des Andes. Ce sont des herbacées vivaces par un bulbe, plus rarement un rhizome (Clivia). Les feuilles sont plates, engainantes à la base, et habituellement glabres. L'inflorescence est terminale, ombelliforme, formée en fait de cymes hélicoïdales condensées à l’aisselle d'une spathe membraneuse. Parfois il y a une fleur solitaire. La fleur est en générale régulière, bisexuée et trimère. Le fruit est une capsule loculicide et parfois une baie.

Asparagales -Asparagaceae

Les Asparagaceae comprennent 28 genres et plus de 450 espèces dispersées dans les régions tempérées et tropicales. Le genre le plus important est  Asparagus  (130-140 espèces), auquel la familles doit son nom. Ce sont des herbes vivaces, des lianes ou des plantes à réel port arborescent, avec une partie aérienne annuelle (parfois épineuse) ou ligneuse émergeant d'un rhizome sympodial ou éventuellement succulent. La tige se développe parfois en éléments photosynthétiques particuliers, appelés "cladodes", qui portent des fleurs ; les feuilles proprement dites sont alors réduites à des écailles, ex : les Ruscus ou Fragon. Lorsqu'elle sont bien développées, les feuilles sont soit insérées à la base soit insérées sur l'axe de façon alterne, ou parfois opposées, ou encore verticillée. On note la présence de vaisseaux, et souvent de raphides d'oxalate de calcium. Les fleurs sont unies le plus souvent en grappes, ou sont parfois solitaires (Ruscus). La fleur est régulière, hypogyne, bisexuée ou unisexuée (espèce dioïque comme dans le genre Ruscus). Elle est plus ou moins trimère. Le fruit est habituellement une baie rouge à maturité (parfois bleu-noir).  C'est une capsule dans les genres Ophiopogon et Liriope.

Asparagales - Xanthorrhoeaceae

Dans son sens actuel, cette famille englobe 35 genres et pas loin de 900 espèces réparties de l'Europe à l'Est de l'Asie, en Afrique et en Océanie. Elle doit son nom au genre Xanthorrhoea qui rassemble 28 espèces d'Australie, mais le mieux représenté est le genre Aloe avec plus de 365 espèces. Ce sont des plantes herbacées munies d'importantes réserves souterraines dans des racines tubérisées ou des plantes à port plus ou moins arborescent avec d'épaisses tiges. Les feuilles sont très allongées, parfois succulentes et épineuses sur les bords (Aloe). Il y a souvent présence de vaisseaux dans les racines. Les fleurs sont réunies en épis, ou parfois en cyme hélicoïdale. La fleur est régulière ou quelquefois un peu zygomorphe. Le fruit est en général une capsule à déhiscence loculicide.

Asparagales - Xanthorrhoeaceae - Asphodeloideae

Asparagales - Iridaceae

Les Iridaceae sont une famille de 82  genres et 1700 espèces cosmopolites, mais elles sont particulièrement représentées en Afrique du sud, dans l'est méditerranéen, en Amérique centrale et du sud. Ce sont généralement des herbes géophytes, vivaces par un rhizome, un tubercule ou un bulbe; très rarement non chlorophylliennes.  Les feuilles sont habituellement distiques, en forme de glaive, à nervation parallèle, engainante à la base ; elles sont qualifiées d'équitantes, ce qui signifie que chaque feuille, pliée en long à la préfoliation, enveloppe entièrement les suivantes.  Du point de vue anatomique, on observe des vaisseaux dans les racines et des cristaux d'oxalate de calcium dans toutes les cellules. Les fleurs sont bisexuées, régulières, ou parfois légèrement zygomorphe. Le fruit est une capsule loculicide.

Asaparagales - Orchidaceae

Les Orchidaceae sont l'une des plus vastes famille (la deuxième en nombre après les Asteraceae) avec plus de 20 000 espèces réparties en 780 genres environ.On en trouve dans le monde entier, mais particulièrement dans les régions intertropicales. C'est une famille récente à l'échelle géologique, qui évolue sous nos yeux, avec l'apparition d'hybrides stables. Les orchidées sont des herbes vivaces mycotrophes (vivent en symbiose avec des champignons. Cette symbiose n'est obligatoire qu'à certains stades : germination, élaboration des bourgeons. Les feuilles sont entières, en insertion spirallée ou distique, rarement opposées ou verticillées.  Les inflorescences sont des grappes ou des épis, rarement des fleurs solitaires. La fleur est zygomorphe, généralement bisexuée et l'ovaire est infère. La coévolution avec les insectes voir les oiseaux est remarquable chez cette famille. Le fruit est généralement une capsule à 3 valves, délimitées par 6 fentes, la déhiscence étant paraplacentaire.

Asaparagales - Orchidaceae - Orchidoideae

Commelinides

Ce groupe rassemble les monocotylédones supérieures à fleur souvent petites , un périanthe à sépales et pétales distincts ; la présence de vaisseaux parfaits et un albumen oléagineux ou amylacé.

Commelinides - Arecales

L'ordre des Arecales rassemble des plantes à port arborescent, avec présence de xylème dans la tige, avec de grandes inflorescences supportées par une spathe, les fleurs, souvent regroupées sur un spadice, possèdent de nombreux carpelles libres ou soudés entre eux. Cet ordre se limite à la seule famille des Arecaceae.

Arecales - Arecaceae

Les Arecaceae sont une famille importante, avec plus de 200 genres et 2 650 espèces. Les palmiers présente une structure de type herbacée, sans formations secondaires. Leur port arborescent est permis par la multiplication des faisceaux conducteurs, et par la présence de tissus de remplissage aussi dur que l'acier, constituant une structure appelée stipe. La croissance en épaisseur s'effectue par formation de nouveau faisceaux conducteurs. Les racines présentent des mycorhizes. Les feuilles, persistantes pendant plusieurs années, sont de très grande taille, formées d'un long pétiole engainant à la base du limbe à nervation pennée ou palmée. Les inflorescences sont en spadice, souvent ramifiés en grappes. Les fleurs sont monoïques ou dioïques, parfois hermaphrodites. Les fleurs sont sessiles, parfois enfoncées dans le spadice. Lorsqu'elles sont monoïques, les fleurs mâles sont habituellement et situées au dessus des fleurs femelles et s'épanouissent avant ces dernières. Le fruit peut être une baie ou une drupe.

Commelinides - Poales

Les Poales sont des plantes herbacées en générale angustifoliées, à inflorescence le plus souvent compacte dont les petites fleurs présentent un périanthe petit ou sépaloïde.

poales - Cyperaceae

Cette famille comprend 90 genre environ, mais avec 4 350 espèces, réparties dans le monde entier, particulièrement dans les zones humides. Les Cyperaceae sont habituellement des herbes à port graminoïde,  vivaces par un rhizome et souvent stolonifère, plus rarement des herbes annuelles, parfois des lianes et même peuvent présenter un part frutescent. La tige montre une secteur typiquement triangulaire, elle est pleine et ne présente pas de nœuds, ce qui la différencie de celle des Poaceae. La tige et les feuilles sont riches en silice ce qui les rend coupantes. Les fleurs sont insérées en spirale formant des épillets eux-mêmes rassemblés en épis, grappes, panicules ou glomérules terminaux. Ces épillets peuvent être unisexués, et dans ce cas la plante est souvent monoïque, avec sur le même pied des épillets mâles surmontant des épillets femelles. Les fleurs sont très petites. Le fruit est un akène trigone.

poales - Cyperaceae - Cyperoideae

Poales - Juncaceae

Il s'agit d'une famille de 8 genres et environ 430 espèces, réparties dans les régions tempérées et froides, ainsi que dans les montagnes des zones tropicales humides. Le genre principal est Juncus, riche à lui seul de 300 espèces. Ce sont des herbes soit annuelles, soit vivaces par un rhizome. Leur tige est cylindrique, pleine d'une moelle spongieuse.  Dans le genre Juncus, les feuilles sont écailleuses, très réduites, ou cylindriques. Mais dans le genre Luzula, la feuille est aplatie, fortement poilue, conférant un port dit "graminoïde" à ces herbes. Chez les Juncus, l'inflorescence est un glomérule de cyme, alors que chez les Luzula, il s'agit d'une grappe de cymes. La fleur est petite, trimère, actinomorphe et bisexuée. Le fruit est une capsule loculicide, mais pociséminée chez les Luzules.

Poales - Typhaceae

Cette petite famille se limite à l'unique genre Thypha, qui comprend une douzaine d'espèces cosmopolites (dont 6 en France). Ce sont de hautes herbes des marais, atteignant deux mètres de haut, vivaces par un rhizome enfoui dans la vase (hélophyte). Les feuilles sont allongées, distiques et engainantes. Le genre est monoïque : à l'extrémité de la tige se trouve un épi mâle, et plus bas un épis femelle. Les fleurs mâles, très serrées, se limitent à trois étamines soudées à la base et sont entourées par de nombreuses soies jouant le rôle de périanthe. Les fleurs femelles sont réduites à un carpelle unique porté par un gynophore et présentent les mêmes soies. Le fruit est indéhiscent, dispersé par le vent.

Poales - Poaceae

C'est une famille très vaste, avec plus de 9 500 espèces réparties en  660 genres environ (quatrième famille par ordre d'importance des plantes à fleurs). En ce qui concerne la photosynthèse, les Poaceae sont la famille qui possède le plus d'espèce dites en "C4"  (environ 600 espèces) car le premier produit résultant de la fixation du CO2 est un composé à 4 atomes de carbone (et non 3 comme habituellement) : ces espèces, qui différencient 2 types de chloroplastes, fixent le CO2 avec un rendement 4 à 5 fois supérieur à la moyenne des plantes.  Les Poaceae sont des plantes herbacées, de dimensions très variables, annuelles ou vivaces. Le système racinaire de nombreuses Poaceae entre en contact avec des bactéries fixatrices d'azote, sans pour autant constituer une véritable symbiose. La tige porte le nom de chaume, elle est cylindrique et creuse, ce qui la différencie des Cyperaceae. Sa cavité est interrompue au niveau de chaque nœud par des diaphragmes. Les feuilles sont engainantes et distiques, se qui signifie qu'elles s’insère suivant 2 génératrices opposées. Il y a présence d'une ligule permettant d'empêcher  la pluie de pénétrer dans la gaine. L'inflorescence présente soit des épillets pédicellées ou sessiles. La fleur est très petite. Le fruit est habituellement un caryopse, c'est à dire un akène dont le péricarpe dur qui l'enveloppe est intimement soudé au tégument de la graine.

Poales - Poaceae - Pooideae

pages :

-1-